Iran : les sanctions des États-Unis pénalisent les entreprises de France

Le bras de fer États-Unis/Iran pénalise les entreprises européennes. Washington menace de rétorsion et Total ou Air France se sont retirées d'Iran. D'autres tentent de résister comme l'entreprise de cosmétiques Pier Augé.

Voir la vidéo
France 3

Christine Vallin, PDG de la PME Pier Augé, est préoccupée par la tempête diplomatique entre les États-Unis et l'Iran. Son entreprise de cosmétiques exporte des produits vers Téhéran via les grands sites commerciaux américains Amazon, Facebook et Instagram. Les sanctions américaines inquiètent cette patronne, tout comme ses exportations en direct depuis Châteauroux (Indre) vers les pharmacies iraniennes, qui représentent 5% de son chiffre d'affaires.

Le flou demeure pour les PME

Pour y voir plus clair, Christine Vallin part à l'assaut du quai d'Orsay pour discuter avec les diplomates français. Le ministère des Affaires étrangères a organisé une conférence entre 400 ambassadeurs et 1 500 chefs d'entreprise pour dynamiser le commerce extérieur de la France. L'ambassadeur de France en Iran est très sollicité. Christine Vallin a pu le rencontrer, mais elle a quitté la conférence sans aucune garantie concrète.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le siège du fabricant de cosmétiques Pier Augé, à Châteauroux (Indre).
Le siège du fabricant de cosmétiques Pier Augé, à Châteauroux (Indre). (GOOGLE STREET VIEW / FRANCEINFO)