Incendie en Californie : un opérateur mobile critiqué pour avoir limité la connexion internet des pompiers

La forte réduction de la vitesse de connexion à internet sur les téléphones portables des soldats du feu a entravé la lutte contre le Mendocino Complex, qui ravage plusieurs comtés du nord de la Californie, assure le chef du département des pompiers.

Des pompiers luttent contre l\'incendie en Californie (Etats-Unis), le 31 juillet 2018.
Des pompiers luttent contre l'incendie en Californie (Etats-Unis), le 31 juillet 2018. (MARK RALSTON / AFP)

Une décision contestable. L'opérateur américain de téléphonie mobile Verizon a été critiqué après avoir drastiquement limité l'accès à internet sur leur téléphone à des pompiers luttant contre le plus grand incendie de l'histoire récente de la Californie. Tony Bowden, le chef du département des pompiers du comté de Santa Clara, a assuré que Verizon avait ainsi entravé le bon déroulé du travail des pompiers luttant contre le Mendocino Complex Fire, qui ravage plusieurs comtés du nord de l'Etat.

"Verizon a imposé ces restrictions bien qu'il ait été informé que cette limitation entravait vivement la capacité des pompiers du comté à fournir (...) des services essentiels d'urgence", a écrit Tony Bowden dans un communiqué. Pour ce pompier, cet incident souligne l'importance de pouvoir assurer aux premiers secours l'accès rapide aux données qui pourrait, dans certains cas, se révéler salvateur.

Verizon demande au pompier de payer plus cher

"Avec des incendies larges et complexes, l'affectation de ressources nécessite [de recevoir] une information instantanée", explique Tony Bowden. "Même de faibles retards dans la réponse se traduisent par des effets dévastateurs, notamment la perte de propriétés et, dans certains cas, la perte de vies humaines", poursuit-il.

Lorsque les pompiers ont contacté Verizon fin juillet pour les informer de cette limitation, un représentant a répondu que le département des pompiers avait dépassé son utilisation de données internet, leur suggérant de souscrire à un nouvel abonnement, plus cher, selon Tony Bowden.

Verizon a finalement admis dans un communiqué, mercredi 22 août, avoir fait une erreur, levant normalement les restrictions d'utilisation de données en cas d'urgence : "C'était une erreur de service client. Nous examinons la situation et corrigerons tout problème à venir."