Fusillade dans une école : Joe Biden va se rendre au Texas "dans les prochains jours"

Un homme de 18 ans a ouvert le feu dans une école primaire aux Etats-Unis, tuant 19 enfants et deux enseignants. Il a été abattu par la police.

Le président américain Joe Biden s\'exprime à la Maison Blanche à Washington (Etats-Unis), le 25 mai 2022.
Le président américain Joe Biden s'exprime à la Maison Blanche à Washington (Etats-Unis), le 25 mai 2022. (JIM WATSON / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le président américain Joe Biden a annoncé mercredi 25 mai qu'il se rendrait au Texas, théâtre d'une effroyable fusillade, avec son épouse "dans les prochains jours". "Jill et moi irons au Texas dans les prochains jours pour rencontrer les familles et leur faire savoir que nous avons une idée, juste une idée, de leur douleur et pour, espérons-le, apporter un peu de réconfort à une communauté en état de choc, endeuillée", a indiqué le dirigeant démocrate depuis la Maison Blanche. Ce direct est désormais terminé.

Le tueur avait annoncé ses actes sur Facebook. Le jeune homme qui a tué mardi 19 enfants et deux enseignants dans une école primaire du Texas avait annoncé sur Facebook qu'il allait perpétrer cette attaque, a rapporté le gouverneur de l'Etat, Greg Abbott. Salvador Ramos, 18 ans, a successivement publié un message prévenant qu'il allait tirer sur sa grand-mère, puis un autre précisant qu'il l'avait fait. "Le troisième message, sans doute moins de 15 minutes avant d'arriver à l'école, disait : 'Je vais ouvrir le feu dans une école primaire'", a précisé Greg Abbott dans une conférence de presse. 

Emmanuel Macron réagit. La France partage "le choc et la peine du peuple américain, la colère de ceux qui luttent pour mettre fin aux violences", a réagi Emmanuel Macron, mercredi 25 mai, sur Twitter, au lendemain de la tuerie d'Uvalde au Texas. Cette attaque dans une école primaire a causé la mort de 19 enfants et deux enseignants. Le tireur, un homme de 18 ans, a été abattu par la police. 

 L'Allemagne et l'Espagne présentent leurs condélances. Le chancelier allemand Olaf Scholz a adressé ses pensées aux victimes "de ce massacre inconcevable", tandis que le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a assuré qu'il fallait "mettre fin à cette horreur quotidienne aux États-Unis", sur Twitter.

L'émotion du pape François. 
Le pape François a confié avoir le "cœur brisé" par ce drame. Le souverain pontife a également pris position contre la législation américaine : "Il est temps de dire 'ça suffit' au trafic incontrôlé des armes", a-t-il déclaré. "Je prie pour les enfants et les adultés tués et leurs familles."

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ETATS_UNIS

22h38 : Le président américain, Joe iden, a notamment annoncé qu'il se rendra à Uvalde, au Texas, "dans les jours à venir."

22h37 : Le président des Etats-Unis, Joe Biden, appelle à légiférer pour encadrer les interventions policières et empêcher les bavures, comme celle qui a abouti à la mort de George Floyd, il y a deux ans. En conférence de presse, il rappelle qu'il s'agit d'empêcher les "mauvais comportements" et salue, au passage, les forces de l'ordre qui sont intervenues hier, à Uvalde, au Texas, où 19 enfants sont morts dans une fusillade dans une école primaire.

22h29 : Happening Now: President Biden signs a historic Executive Order to advance effective, accountable policing and strengthen public safety. https://t.co/mQf2t5DGBt

22h30 : "Nous sommes ici pour dire que nous en avons assez. Que nous devons agir", lance le président américain, Joe Biden, en conférence de presse. Deux ans après la mort de George Floyd, il annonce avoir signé un acte exécutif prévoyant de renforcer la responsabilité des forces de l'ordre et renforcer la sécurité des citoyens et demande au Congrès d'adopter un acte "George Floyd" allant dans ce sens.

22h23 : "Nous sommes ici aujourd'hui en mémoire de George Floyd et pour honorer la mémoire de tous ceux que nous avons perdus, et pour agir".

La vice-présidente des Etats-Unis, Kamala Harris, prend la parole en ce moment même face à la presse, avant l'intervention du président Joe Biden. Elle revient, à l'occasion de ce triste anniversaire, sur les efforts législatifs effectués par les élus démocrates pour tenter, en vain, de faire passer une réforme sur la responsabilité des forces de l'ordre.

22h17 : As we grieve the children of Uvalde today, we should take time to recognize that two years have passed since the murder of George Floyd under the knee of a police officer. His killing stays with us all to this day, especially those who loved him.

22h17 : L'Amérique est en deuil après la fusillade d'Uvalde. Mais sur Twitter, l'ancien président Barack Obama rappelle que le pays célèbre également aujourd'hui un triste anniversaire : celui de la mort de George Floyd, cet homme noir non armé mort étouffé sous le genou d'un officier de police.

22h01 : Qui était Salvador Ramos ? Ce jeune homme de 18 ans a abattu 19 enfants dans une école primaire du Texas, hier. Décrit "comme quelqu'un de calme, de discret, qui avait des difficultés à se faire des amis", il aurait, au cours des derniers mois, "complètement changé" et "serait devenu extrêmement agressif". La journaliste de France 2 sur place, Camille Guttin, fait le point sur ce que l'on sait du tireur de la fusillade d'Uvalde.

21h54 : O'Rourke spoke to reporters after he was booted from Abbott's school shooting presser."He says this was unpredictable. This was totally predictable, and I predict this will continue to happen when you continue to have a governor who will not stand up for the people of Texas." https://t.co/ZUU2PSTdna

21h54 : "Il dit que [cette fusillade] n'était pas prévisible. C'était totalement prévisible, et je prévois que cela continuera de se produire tant que nous aurons un gouverneur qui ne fera rien pour les gens du Texas".

L'élu démocrate du Texas Beto O'Rourko a interrompu tout à l'heure la conférence de presse du gouverneur de l'état, Greg Abbott. Le Républicain, favorable au port d'armes à feu, intervenait au lendemain de la tuerie au cours de laquelle 19 enfants d'une école primaire ont été abattus par un jeune homme armé. Politico a interrogé le démocrate à l'issue de son intervention.

20h42 : Depuis 2012, il y a eu plus de victimes lors de tueries outre-Atlantique que lors des trente années précédentes. Leurs auteurs qui visent des établissements scolaires sont exclusivement des hommes, souvent très jeunes. En quelques infographie, nous montrons cette accélération dans la violence.


20h14 : Comme l'explique Lauric Henneton, spécialiste de la société américaine, dans cet entretien, la question de la régulation des armes à feu est une question qui divise profondément démocrates et républicains.

20h09 : Beto O’Rourke interrupts ongoing press conference by Texas Gov. Abbott and other officials. https://t.co/qa8YY0ghQy

21h07 : L'élu texan Beto O'Rourke, démocrate, a interrompu la conférence de presse pour prendre à partir le gouverneur du Texas. "Vous ne faites rien. Tout cela est complétement prévisible", tente-t-il de dire, avant d'être pris à parti et invité à partir (et au passage, de se faire traiter de "sick son of a bitch"), comme le montre cette vidéo partagée sur Twitter par une journaliste de CNN.

19h56 : "Uvalde est bouleversée. Des familles sont brisés, des cœurs sont à jamais brisés (...) Les gens sont en colère, à juste titre, face à ce qu'il vient d'arriver (...) Notre travail est d'assurer que la communauté ne soit pas détruite. Tous les Texans doivent s'unir pour soutenir les familles frappées par cette tragédie", a ajouté le gouverneur Greg Abbott.

19h53 : Avant la tuerie de l'école primaire d'Uvalde, le tireur, un jeune homme de 18 ans, a tiré sur sa grand-mère, la touchant au visage, rapporte le gouverneur du Texas, Greg Abbott, en conférence de presse. Revenant sur les faits qui ont précédé la fusillade, il confirme que le tireur avait posté trois messages sur Facebook, à quelques minutes d'intervalle : "Je vais tuer ma grand-mère", "j'ai tué ma grand-mère" et "je vais ouvrir le feu dans une école primaire".

19h20 : "La tuerie de l'école Sandy Hook, en 2012, a montré que, passé l'émotion des premiers jours, les choses reprennent leur cours. Pour moi, cela suggère que celle d'Uvalde n'aura pas d'impact non plus. Ce qui peut jouer, c'est l'accumulation des tueries, le fait qu'elles soient de plus en plus nombreuses, et que la NRA ne soit plus à même de financer des campagnes électorales. Les semaines à venir vont nous donner une indication sur la possibilité qu'un changement advienne."

Après le drame qui a coûté la vie à 19 enfants hier, le président américain Joe Biden a promis d'agir et d'"affronter le lobby des armes". Pour comprendre les blocages de la société américaine et la probabilité de les surmonter, franceinfo a interrogé Lauric Henneton, spécialiste de la société américaine.

18h45 : Au lendemain de la fusillade qui a fait 21 morts, dont 19 enfants, à Uvalde, au Texas, la NRA, l'influente association pour le port d'armes à feu aux Etats-Unis, a annoncé que les personnes qui assisteront à l'allocution de Donald Trump, invité de son forum annuel, ne pourront pas apporter leur arme. Une condition exigée par les services secrets qui ont pour mission de protéger l'ancien président américain. C'est à lire sur le site de la radio publique, NPR (en anglais).

17h20 : Au lendemain de la tuerie au Texas, Jean-Claude Beaujour, avocat et vice-président du think tank France-Amériques, rappelle deux chiffres sur le lobby des armes à feu aux Etats-Unis, avec la NRA [National Rifle Association] en tête de gondole :

  • "5 millions d'adhérents"
  • "Un budget annuel d'environ 400 millions de dollars, ce qui permet de financer des campagnes électorales, ce qui permet de financer de très grosses entrées aussi bien à Washington [au niveau fédéral] que dans les Etats", détaille-t-il
  • 12h09 : "J'ai le cœur brisé par le massacre commis dans une école élémentaire au Texas. Il est temps de dire 'ça suffit' au trafic incontrôlé des armes."


    Le pape François a dit avoir le "coeur brisé" après la tuerie qui a fait 21 morts dans une école primaire au Texas.

    12h01 : Il est midi. Nous faisons un nouveau point sur l'actualité de la journée :

    • Un adolescent de 18 ans a ouvert le feu, hier, dans une école primaire au Texas, tuant 19 jeunes élèves et deux enseignantes. "Il est temps de transformer la douleur en action", a insisté le Joe Biden, visiblement ému, dans une allocution solennelle à la Maison Blanche. Voici ce que l'on sait de ce drame.

    La Haute Autorité de santé (HAS) recommande d'anticiper l'organisation d'une campagne de rappel vaccinal pour l'automne 2022 des populations les plus à risque de formes graves de la maladie.


    • C'est parti pour la quatrième journée et le deuxième tour de Roland Garros. Cinq Tricolores vont tenter leur chance porte d'Auteuil aujourd'hui. Suivez notre direct.



    L'armée russe tente coûte que coûte de resserrer son étau sur la région de Lougansk, dans le Donbass, où elle a intensifié son offensive dans l'objectif de "tout détruire", selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Suivez notre direct.

    11h41 : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a présenté ses condoléances aux victimes de la tuerie dans une école au Texas, estimant qu'il est "terrible d'avoir des victimes de tireurs en temps de paix".

    11h09 : 19 victimes n’avaient pas plus de 10 ans. Dans leur école au Texas, des enfants et enseignants ont été lâchement assassinés. Le choc et la peine du peuple américain, la colère de ceux qui luttent pour mettre fin aux violences, nous les partageons.

    11h09 : Emmanuel Macron partage "le choc et la peine du peuple américain, la colère de ceux qui luttent pour mettre fin aux violences" après la tuerie au Texas qui a fait 21 morts dont 19 enfants.

    10h56 : Romain Huret, historien spécialiste des Etats-Unis, est pessimiste sur la capacité de Joe Biden à légiférer sur le droit au port d'arme alors que les fusillades sont quasiment quotidiennes dans le pays. "C'est un droit qui est inscrit dans la culture américaine, dans la manière de vivre", estime-t-il.

    09h52 : "Près de dix ans après Sandy Hook – et dix jours après Buffalo – notre pays est paralysé, non par la peur, mais par un lobby des armes à feu et un parti politique qui n'ont montré aucune volonté d'agir d'une manière qui pourrait aider à prévenir ces tragédies."

    Barack Obama exprime dans plusieurs messages sur Twitter sa "colère" après la tuerie d'Uvalde, au Texas. Un dernier bilan fait état de 21 morts, dont 19 enfants dans une école primaire. Le tireur, un adolescent âgé de 18 ans, a été abattu.

    09h18 : Bonjour @petitevieille. Je comprends votre remarque. Le professeur de géopolitique Soufian Alsabbagh apporte cependant une nuance : "En politique intérieure, le président des Etats-Unis a très peu de pouvoirs. Il faut 60% des sénateurs pour faire passer la majorité des textes. Et ça, aujourd'hui, pour Joe Biden, c'est tout simplement impossible à obtenir."

    09h21 : Joe Biden, qui se demande quand allons-nous agir contre le lobby des armes, devrait se présenter à la présidence, comme ça il pourra agir. Hein ? Comment ça ?

    09h23 : Il est 9 heures. Nous faisons un nouveau point sur l'actualité de la journée :

    • Un adolescent de 18 ans a ouvert le feu, hier, dans une école primaire au Texas, tuant 19 jeunes élèves et deux enseignantes. "Il est temps de transformer la douleur en action", a insisté le Joe Biden, visiblement ému, dans une allocution solennelle à la Maison Blanche.

    • Les larmes de Tsonga, la folle victoire de Simon, le sourire de Gaston et la solidité de Cornet... Voici le résumé de la journée de mardi pour les Français.


    Selon nos informations, Matignon a été informé plusieurs heures avant la publication de l'article de Mediapart que Damien Abad, alors sur le point d'être nommé ministre des Solidarités, faisait l'objet d'accusations de violences sexuelles.

    L'armée russe tente coûte que coûte de resserrer son étau sur la région de Lougansk, dans le Donbass, où elle a intensifié son offensive dans l'objectif de "tout détruire", selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Suivez notre direct.

    08h15 : Joe Biden va signer aujourd'hui, deux ans après le meurtre de George Floyd, un décret pour encadrer davantage les forces de l'ordre fédérales... mais qui ne va pas aussi loin que la grande réforme de la police qu'il avait promise pendant sa campagne.

    07h15 : Steve Kerr on today's tragic shooting in Uvalde, Texas.

    07h16 : "Quand allons-nous faire quelque chose ? (...) ça suffit !" L'entraîneur des Warriors de Golden State, Steve Kerr, a réagi à la tuerie d'Uvalde au Texas.

    06h15 : Cette nouvelle tuerie, d'autant plus choquante que les victimes sont des enfants, ne manquera pas de relancer les critiques sur la prolifération des armes à feu aux Etats-Unis, un débat qui tourne pratiquement à vide étant donné l'absence d'espoir d'une adoption par le Congrès d'une loi nationale ambitieuse sur la question.

    06h14 : "Trop, c'est trop", s'est emportée de son côté la vice-présidente Kamala Harris, appelant à "agir" sur le sujet des violences par armes à feu, un fléau national. "Nos cœurs continuent d'être brisés", a-t-elle déclaré. "Nous devons trouver le courage d'agir", a-t-elle ajouté à l'adresse du Congrès, impuissant à légiférer malgré les tragédies.

    07h21 : Identifié comme Salvador Ramos, le tireur est lui aussi décédé dans cette tuerie qui a touché la commune située à environ 130 km à l'ouest de San Antonio. De nationalité américaine, il aurait d'abord visé sa grand-mère, dont l'état de santé restait à préciser, avant de se rendre à l'école en voiture pour y perpétrer son massacre.

    06h10 : "Quand, pour l'amour de Dieu, allons-nous affronter le lobby des armes ?"

    Joe Biden s'est dit "écœuré et fatigué" face à la litanie des fusillades en milieu scolaire. Cette dernière tragédie a fauché la vie d'enfants âgés d'une dizaine d'années tout au plus.





    (STEFANI REYNOLDS / AFP)

    07h23 : Il est 6 heures. Nous faisons un premier point sur l'actualité de la journée :

    • Un adolescent de 18 ans a ouvert le feu, hier, dans une école primaire au Texas, tuant 19 jeunes élèves et au moins un enseignant. "Il est temps de transformer la douleur en action", a insisté le Joe Biden, visiblement ému, dans une allocution solennelle à la Maison Blanche.

    • Les larmes de Tsonga, la folle victoire de Simon, le sourire de Gaston et la solidité de Cornet... Voici le résumé de la journée de mardi pour les Français.


    Selon nos informations, Matignon a été informé plusieurs heures avant la publication de l'article de Mediapart que Damien Abad, alors sur le point d'être nommé ministre des Solidarités, faisait l'objet d'accusations de violences sexuelles.

    L'armée russe tente coûte que coûte de resserrer son étau sur la région de Lougansk, dans le Donbass, où elle a intensifié son offensive dans l'objectif de "tout détruire", selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky.