Fusillade de Las Vegas : ce que l'on sait (et ce que l'on ignore encore) du tireur

Il a été identifié comme étant Stephen Paddock, un habitant du Nevada, de 64 ans.

Deux fenêtres brisées de l\'hôtel-casino Mandalay Bay après la fusillade à Las Vegas (Etats-Unis), le 2 octobre 2017.
Deux fenêtres brisées de l'hôtel-casino Mandalay Bay après la fusillade à Las Vegas (Etats-Unis), le 2 octobre 2017. (MIKE BLAKE / REUTERS)

Il s'agit de la fusillade la plus meurtrière de l'histoire récente des Etats-Unis. Au moins 59 personnes ont été tuées, lundi 1er octobre, à Las Vegas, lors d'un festival de musique en plein air, aux abords de l'hôtel-casino Mandalay Bay. Franceinfo revient sur le profil du tireur, qui s'est suicidé alors qu'il se trouvait au 32e étage de l'établissement.

>> Enquête, réactions, témoignages : retrouvez les dernières informations sur la fusillade de Las Vegas dans notre direct

Ce que l'on sait

Son identité. Il a été identifié comme étant Stephen Paddock, un Américain âgé de 64 ans. Selon le shérif Joseph Lombardo, il résidait à Mesquite, dans le Nevada, à 120 km au nord-est de Las Vegas. Il était propriétaire d'une maison achetée en 2013, relève le Washington Post (en anglais). Selon NBC News, l'assaillant est le fils de Benjamin Paddock, un braqueur de banque, qui fut sur la liste des hommes les plus recherchés par le FBI jusqu'en 1977.

Un comptable à la retraite. Stephen Paddock est dédécrit comme un riche comptable à la retraite. Il a notamment travaillé pour le groupe Lockheed Martin de 1985 à 1988, précise ABC News (en anglais). Il était titulaire d'un brevet d'aviation et était détenteur d'un permis de chasse délivré par l'Alaska.

Un homme (presque) sans histoires. L'homme envoyait encore régulièrement des cookies à sa mère en Floride. Il aimait les croisières, jouer au poker sur internet et se rendre dans les casinos de Las Vegas, selon la description de son frère, Eric Paddock. Ce dernier ajoute qu'il était totalement inconnu des services de police. Il a a en réalité reçu "une assignation à comparaître il y a quelques années", selon le shérif. Mais la police du Nevada évoque une banale violation du Code de la route, rapporte le New York Times (en anglais).

Comment il a agi. Selon les premiers éléments de l’enquête, Stephen Paddock s'est minutieusement préparé à son attaque. Il s'est installé au 32e étage de l'hôtel Mandalay Bay, massif établissement qui offrait une vue dégagée sur le festival de musique country Route 91 Harvest. Les premiers tirs se sont fait entendre vers 22h08 heure locale.

L'homme était arrivé au Mandalay Bay le 28 septembre, et y avait apporté lui-même les armes, a déclaré le shérif, sans que le personnel de l'hôtel ait rien remarqué. A l'aide d'un outil comme un marteau, il a brisé les vitres de la chambre pour pouvoir mieux tirer. Le shérif a déclaré que l'homme s'était suicidé avant que les unités d'intervention de la police ne pénètrent de force dans sa chambre. De très nombreuses armes y ont été retrouvées, dont des fusils d'assaut.

Le groupe Etat islamique le présente comme l'un de ses "soldats". L'organisation jihadiste a revendiqué la fusillade de Las Vegas, lundi, via son agence de propagande. "L'auteur de l'attaque de Las Vegas est un soldat de l'Etat islamique, il a perpétré l'opération en réponse aux appels [de l'organisation] à prendre pour cible les pays de la coalition" internationale emmenée par les Etats-Unis pour lutter contre les jihadistes, écrit-elle.

Ce que l'on ignore encore

A-t-il des complices ? Avant la revendication du groupe Etat islamique, la police de Las Vegas a estimé que Stephen Paddock était un acteur isolé, évoquant un "loup solitaire".

Etait-il vraiment en lien avec le groupe Etat islamique ? Selon les proches cités par plusieurs médias américains, Stephen Paddock écoutait de la musique country, assistait à des concerts et allait souvent dans les casinos de Las Vegas. Ses proches ignoraient tout de sa supposée conversion à l'islam. "C'était juste un mec qui habitait à Mesquite et qui aimait les burritos", a déclaré son frère, Eric Paddock, à la presse. "C'est comme si un astéroïde nous était tombé dessus", a ajouté l'homme de 55 ans.

De son côté, le groupe Etat islamique se contente d'affirmer qu'il était converti à l'islam "depuis plusieurs mois", sans donner davantage de détails. Deux hauts responsables américains ont déclaré qu'aucun élément ne permettait d'établir un lien entre le tireur et une quelconque organisation terroriste. Un peu plus tard dans la journée, le FBI a également estimé qu'il n'y avait pas "pour le moment" de lien connu entre le tireur et une organisation terroriste. Le shérif de Las Vegas a évoqué un "loup solitaire" et un "psychopathe", se refusant lui aussi à évoquer la piste terroriste.