États-Unis : une loi sur l'avortement déjà très restrictive dans certains États

Publié Mis à jour
Avortement : une loi déjà très restrictive dans certains états
Article rédigé par
A.Sangouard, C.Guttin, L.Seyton, B.Laigle - France 2
France Télévisions

Vendredi 24 juin, le Cour suprême américaine a remis en cause le droit à l’avortement. Dans certains États comme l’Alabama, certains devaient déjà lutter pour pouvoir faire respecter ce droit.

Si le droit à l’avortement a été révoqué par la Cour suprême américaine vendredi 24 juin, dans les États les plus conservateurs du pays, ce droit était déjà compliqué à faire respecter. Les femmes voulant se faire avorter doivent subir les slogans des manifestants anti-avortement, certaines se cachent même pour qu’on ne voit pas leur visage. "D’avoir ces gens qui crient derrière la porte, c’est vraiment dur", s’attriste l’une d’entre elles, en larmes. Comme une prémonition, une autre patiente déclarait : "Je serais tellement dévastée si on n’avait pas le droit d’avorter."

Une aide bienvenue

Une femme gynécologue est heureusement présente pour accompagner celles qui viennent se faire avorter. Elle ne craint plus les manifestants. "Ils sont ici souvent et surtout les jours des opérations", avertit-elle. Cette gynécologue vient une fois par mois dans l’État de l'Alabama. Dans cet État, les conditions pour avorter sont restrictives, un premier rendez-vous doit avoir lieu, et une femme ne peut pas avorter plus de 22 semaines après ses dernières règles. Des questions sont aussi posées aux patientes puisque c’est inscrit dans la loi. Enfin, une échographie est obligatoire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.