Cet article date de plus de quatre ans.

Etats-Unis : un policier acquitté du meurtre d'un homme non armé qui le suppliait de l'épargner

"S'il vous plaît ne me tirez pas dessus", a imploré Daniel Shaver face au policier Philip Brailsford qui lui a tiré cinq balles sur lui avec son fusil d'assaut.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un véhicule de police américaine patrouille en Californie, le 17 novembre 2017. (FREDERIC J. BROWN / AFP)

Un policier américain a été acquitté, jeudi 8 décembre, du meurtre d'un homme non armé dans l'Arizona (Sud-Ouest) qui l'implorait de l'épargner a montré une vidéo diffusée vendredi après le jugement. Philip Brailsford a tiré sur Daniel Shaver et l'a tué dans un hall d'hôtel à Mesa, une banlieue de Phoenix, en janvier 2016, selon le quotidien USA Today.

D'après des images rendues publiques après le jugement, Daniel Shaver, un homme marié âgé de 26 ans et père de deux enfants, agenouillé pour obéir aux ordres des policiers et disant : "S'il vous plaît ne me tirez pas dessus", "s'il vous plaît ne tirez pas". Ce dernier, qui était en état d'ébriété, fait ensuite un geste vers l'arrière, peut-être pour remonter son short. Philip Brailsford tire alors cinq balles sur lui avec son fusil d'assaut.

La police locale défend son agent

Contrairement à de nombreux autres cas de violences policières aux Etats-Unis, dans lesquels des Noirs ont été tués par des policiers blancs, le suspect abattu, Daniel Shaver, étaient blancs.

Daniel Shaver n'était pas armé quand il a été abattu mais les policiers ont retrouvé dans sa chambre un fusil à plomb qu'il utilisait dans son travail de lutte contre les animaux nuisibles. La police locale a défendu Philip Brailsford en disant qu'il avait agi conformément à l'enseignement reçu. Selon les médias locaux, l'avocat de Laney Sweet, Me Mark Geragos, a cependant qualifié la mort de Shaver d'"exécution".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.