Etats-Unis : trois hommes blancs reconnus coupables du meurtre du joggeur afro-américain Ahmaud Arbery

Le président Joe Biden a aussitôt salué le verdict, tout en reconnaissant que "beaucoup de travail" restait à faire avant de parvenir à l'égalité raciale.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les parents de Ahmaud Arbery s'expriment après le verdict condamnant trois Américains pour le meurtre de leur fils, le 24 novembre 2021 à Brunswick (Etats-Unis). (SEAN RAYFORD / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Le procès a été marqué par la question du racisme. Trois Américains blancs ont été reconnus coupables, mercredi 24 novembre, du meurtre du joggeur afro-américain Ahmaud Arbery, qu'ils avaient poursuivi puis abattu en février 2020 dans l'Etat de Géorgie. Travis McMichael, 35 ans et auteur des coups de feu mortels, son père Gregory McMichael, 65 ans, et leur voisin William Bryan, 52 ans et qui a participé à la poursuite en la filmant, étaient jugés à Brunswick, dans le sud des Etats-Unis.

Les douze jurés, dont un seul homme noir, ont délibéré pendant plus de onze heures pour parvenir à un verdict unanime sur les multiples chefs d'inculpation de meurtre à des degrés divers qui pesaient contre les accusés. Les trois hommes encourent la prison à perpétuité et la sentence sera prononcée ultérieurement. Le président Joe Biden a aussitôt salué le verdict dans un communiqué (en anglais), reconnaissant que "beaucoup de travail" restait à faire avant de parvenir à l'égalité raciale.

Les trois hommes avaient longtemps bénéficié d'une certaine clémence de la part des autorités : il a fallu près de trois mois et la diffusion des images du drame pour qu'ils soient arrêtés. L'affaire avait alimenté les grandes manifestations antiracistes qui avaient secoué le pays à l'été 2020, dans la foulée de la mort d'un autre Afro-Américain, George Floyd, asphyxié sous le genou d'un policier blanc.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.