Etats-Unis : Oprah Winfrey candidate en 2020 ? Après son discours aux Golden Globes, Hollywood a envie d'y croire

Jusque-là, la célèbre présentatrice américaine a toujours dit ne pas vouloir faire de politique. Mais son intervention, dimanche soir, a semé le doute dans la tête de ses fans. 

Oprah Winfrey en backstage avec son Cecil B. DeMille Award lors de la 75e cérémonie des Golden Globes, le 7 janvier 2018, à Beverly Hills en Californie
Oprah Winfrey en backstage avec son Cecil B. DeMille Award lors de la 75e cérémonie des Golden Globes, le 7 janvier 2018, à Beverly Hills en Californie (LUCY NICHOLSON / X90050)

"Oprah Winfrey for president !" Voilà le refrain (de nouveau) à la mode aux Etats-Unis. Il faut dire que le discours qu'elle a prononcé lors de la cérémonie des Golden Globesdimanche 7 janvier, ressemblait plus à celui d'une femme politique qu'à une vedette de télévision. Il n'en fallait pas plus en tout cas pour relancer les spéculations sur sa candidature à la présidence des Etats-Unis en 2020.

Récompensée par le prix Cecil B. DeMille pour l'ensemble de sa carrière, celle que tout le monde surnomme "Oprah" a largement évoqué l'affaire Weinstein, mais en allant bien au-delà. Beaucoup ont vu dans cette déclaration de neuf minutes un tournant dans la vie publique d'Oprah Winfrey, dont la stature dépasse depuis longtemps déjà celle d'une animatrice, d'une actrice ou d'une femme d'affaires, activités qui ont fait d'elle la première femme noire milliardaire.

"C'est aux gens de décider"

Interrogée juste après son discours, l'intéressée aurait répondu ne pas penser à la Maison Blanche. Mais de son côté, CNN (lien en anglais) croit savoir que l'actrice de 63 ans "réfléchit sérieusement" à une candidature. 

En mars dernier, elle avait eu un commentaire volontairement ambigu, laissant entendre dans une interview que la victoire électorale d'un promoteur immobilier sans la moindre expérience politique (en l'occurence Donald Trump) l'avait fait réfléchir à une candidature. Dès le lendemain, sa meilleure amie, la présentatrice Gayle King, avait assuré qu'il s'agissait d'une "plaisanterie". 

Dernière déclaration en date, celle de son compagnon de longue date, Stedman Graham. "C'est aux gens de décider, a-t-il déclaré dimanche au Los Angeles Times (lien en anglais) Elle le ferait, c'est clair."