Etats-Unis : les ouvriers d'un dépôt UPS quittent leur lieu de travail pour dénoncer des licenciements qu'ils jugent racistes

La scène a été filmée par Antoine Dangerfield, l'un des employés du dépôt. Sa vidéo a été vue près de trois millions de fois sur Facebook. 

Capture d\'écran de la campagne de financement participatif lancée sur GoFundMe, en soutien à l\'employé d\'UPS ayant filmé le départ de ses collègues en soutien à deux autres salariés licenciés, le 31 juillet à Indianapolis (Etats-Unis). 
Capture d'écran de la campagne de financement participatif lancée sur GoFundMe, en soutien à l'employé d'UPS ayant filmé le départ de ses collègues en soutien à deux autres salariés licenciés, le 31 juillet à Indianapolis (Etats-Unis).  (ERIC BLANC / GOFUNDME)

Ils ont fait preuve d'une solidarité sans faille. Les ouvriers travaillant dans un dépôt UPS en cours de construction à Indianapolis, dans l'Etat de l'Indiana (Etats-Unis), ont quitté ensemble leur lieu de travail, mardi 31 juillet, afin de dénoncer le licenciement de deux de leurs collègues, rapporte le HuffPost.

Selon le site, ces employés ont jugé ces licenciements racistes, et ainsi décidé de quitter le dépôt pour condamner cet acte. L'un des salariés du dépôt, Antoine Dangerfield, a filmé ses collègues — principalement Mexicains selon lui  en train de quitter les lieux.

"C'est terminé ! (...) Ils se sont dits levons nous ensemble, et ils partent !", réagit Antoine Dangerfield alors qu'il filme la scène. Sa vidéo, devenue virale sur les réseaux sociaux, a été vue 2,7 millions de fois sur Facebook et plus de 250 000 fois sur YouTube. 

Une collecte de fonds lancée 

Comme le relève le HuffPost, Antoine Dangerfield a été lui aussi licencié après avoir publié cette vidéo sur sa page Facebook. 

Une collecte de fonds a été lancée sur le site de financement participatif gofundme (lien en anglais), afin de venir en aide au salarié licencié et à sa famille. Dimanche soir, plus de 27 700 dollars (près de 24 000 euros) avaient déjà été récoltés, sur un objectif de 30 000 dollars. 

Samedi, l'ancien salarié du dépôt a réagi à la vague de soutien qui a suivi la publication de sa vidéo. "Merci à tous pour votre amour, votre soutien et vos mots d'encouragement. Je n'ai sincèrement plus de mots", a-t-il déclaré sur Facebook.