Etats-Unis : les démocrates acceptent un compromis pour mettre fin au "shutdown", le blocage des administrations

Les chefs de file démocrate et républicain au Sénat des Etats-Unis sont parvenus à un accord pour faire adopter une loi de finances temporaire et mettre ainsi fin au "shutdown" de l'administration fédérale américaine.

Le Capitole, siège du Congrès américain, fermé au public en raison du \"shutdown\", le 22 janvier 2018, à Washington (Etats-Unis).
Le Capitole, siège du Congrès américain, fermé au public en raison du "shutdown", le 22 janvier 2018, à Washington (Etats-Unis). (CARLOS BARRIA / REUTERS)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les sénateurs démocrates ont accepté, lundi 22 janvier, un compromis budgétaire temporaire qui va permettre de mettre fin à la fermeture partielle des administrations fédérales américaines, a indiqué leur chef de file, Chuck Schumer, dans l'Hémicycle. "Après de nombreuses discussions, des offres et des contre-offres, le chef de file des républicains et moi sommes arrivés à un accord", a déclaré Chuck Schumer.

"Nous allons voter aujourd'hui pour rouvrir le gouvernement et continuer à négocier un accord global" sur le sort de centaines de milliers de clandestins arrivés jeunes aux Etats-Unis, les "Dreamers", a poursuivi le chef de file des démocrates au Sénat. Le gouvernement va rouvrir ses portes "dans les prochaines heures", a ajouté Chuck Schumer.

Un sursis budgétaire jusqu'au 8 février

Les démocrates avaient refusé jusqu'à présent de voter cette rallonge temporaire sans de solides garanties pour que ces "Dreamers" puissent rester aux Etats-Unis et obtenir un statut légal. Le "shutdown" (fermeture) avait commencé samedi à minuit, mettant au chômage technique des centaines de milliers d'employés des administrations, qui ne se sont donc pas allés au travail lundi matin.

L'accord entre sénateurs républicains et démocrates prévoit un sursis budgétaire jusqu'au 8 février et un vrai débat sur les "Dreamers". Toutefois, la Chambre basse du Congrès a elle aussi encore son mot à dire, le texte adopté par le Sénat n'étant pas identique à celui adopté vendredi par les représentants.