Cet article date de plus de quatre ans.

Etats-Unis : le passager expulsé va poursuivre United Airlines

David Dao a été débarqué de force dans un vol entre Chicago (Illinois) à Louisville (Kentucky) dimanche, pour des raisons de surbooking.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une personne porte une pancarte de protestation contre l'arrestation violente de David Dao, à bord d'un avion de la compagnie United Airlines, jeudi 13 avril 2017 à Chicago. (KAMIL KRZACZYNSKI)

L'homme violemment extirpé d'un avion de la compagnie américaine United Airlines, entend poursuivre le transporteur, a annoncé, jeudi 13 avril, son avocat. David Dao a quitté dans la nuit de mercredi à jeudi l'hôpital dans lequel il était soigné depuis l'incident survenu dimanche à Chicago (Illinois, nord). Il souffre d'un nez cassé et d'une commotion.

Les avocats de David Dao, 69 ans, ont déposé une requête auprès d'un tribunal de Chicago pour que la municipalité - qui gère l'aéroport O'Hare - et United Airlines préservent tous les éléments liés à l'incident. Ils ont précisé que des poursuites allaient suivre."Depuis longtemps, les compagnies aériennes et United en particulier, nous maltraitent", a estimé l'avocat.

Non-recours aux forces de l'ordre à l'avenir

La mise en ligne de photos et vidéo montrant des agents de la sécurité aéroportuaire traîner le passager au sol - le visage ensanglanté - dans le couloir de l'avion pour l'expulser d'un vol surbooké entre Chicago et Louisville a suscité l'indignation dans le monde, généré des appels au boycott et fait chuter le titre de la compagnie en Bourse. Après 48 heures de flottement, le PDG de la compagnie a présenté ses excuses.

Dans un communiqué (en anglais) diffusé après la conférence de presse des avocats de David Dao, la compagnie aérienne a réitéré ses excuses et assuré que des "actions concrètes et immédiates" allaient être mises en oeuvre pour que cette "horrible situation" ne se reproduise plus, comme le non-recours aux forces de l'ordre pour expulser des passagers d'avions, sauf en cas de problème de sécurité.

Le ministère américain des Transports a ouvert mardi une enquête "pour déterminer si la compagnie aérienne a respecté les règles en matière de surbooking".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.