Cet article date de plus de deux ans.

Etats-Unis : le ministère de la Justice va poursuivre le géant de la distribution Walmart, accusé d'avoir alimenté la crise des opiacés

La dépendance aux opiacés a fait près de 450 000 morts aux Etats-Unis entre 1999 et 2018, selon les dernières estimations des centres de prévention des maladies.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'entrée d'un magasin Walmart à Washington (Etats-Unis), le 18 août 2020. (NICHOLAS KAMM / AFP)

Le ministère américain de la Justice va poursuivre le géant de la distribution Walmart, l'accusant d'avoir alimenté la crise des opiacés dans le pays. Le département demande "des sanctions au civil qui pourraient se solder en milliards de dollars", indique-t-il dans un communiqué, mardi 22 décembre. La dépendance aux médicaments opiacés a fait près de 450 000 morts aux Etats-Unis entre 1999 et 2018, selon les dernières estimations des centres de prévention des maladies.

Le ministère affirme que Walmart "a distribué illégalement des substances réglementées et sous ordonnance au plus fort de la crise des opiacés" dans les pharmacies que le groupe exploite à travers les Etats-Unis. "Etant l'une des plus grandes chaînes de pharmacie et l'un des plus grands distributeurs de médicaments du pays, Walmart avait la responsabilité et les moyens d'aider à prévenir le détournement d'opiacés, a estimé Jeffrey Bossert Clark, procureur général adjoint par intérim, cité dans le communiqué. Au lieu de cela, et pendant des années, [le groupe] a fait le contraire : accepter des milliers d'ordonnances invalides dans ses pharmacies et omettre de signaler les ordonnances suspectes d'opiacés. (...) Ce comportement illégal a contribué à l'épidémie d'abus d'opiacés à travers les Etats-Unis."

La justice s'appuie notamment sur des déclarations de responsables du groupe ayant fait état d'une "énorme pression pour traiter les ordonnances". Il fallait à tout prix "stimuler les ventes" et traiter vite les ordonnances pour fidéliser la clientèle, selon l'un d'entre eux. Walmart a réagi en affirmant que les poursuites du ministère de la Justice étaient "entachées par des violations éthiques historiques et que ce procès invente une théorie juridique qui force, de manière illégale, les pharmaciens à se placer entre les patients et leurs docteurs, qui est truffé d'erreurs factuelles et qui sélectionne des documents en les sortant de leur contexte".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.