Cet article date de plus de quatre ans.

Etats-Unis : l'homme qui a tué deux femmes dans un club de yoga s'identifiait aux Incels, des célibataires misogynes

Scott Beierle, un ancien militaire de 40 ans, a tué deux femmes et blessé cinq personnes avec son arme, vendredi à Tallahassee, en Floride.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une photo non-datée de Scott Beierle, diffusée par la police du comté de Léon, en Floride (Etats-Unis). (AP / SIPA / AP)

Le mobile du tueur se précise, au lendemain de l'assassinat de deux femmes à Tallahassee, en Floride, aux Etats-Unis. Vendredi 2 novembre, Scott Beierle, un homme de 40 ans, a tué deux femmes et blessé cinq personnes en ouvrant le feu dans un établissement spécialisé dans les cours de yoga. Il a ensuite retourné l'arme contre lui et s'est suicidé.

La police n'a pas encore pu formellement déterminer le mobile du tueur, un ancien sous-lieutenant actif entre 2008 et 2010, qui résidait dans un hôtel de Deltona, à plus de 300 km au sud de Tallahassee. Mais elle a indiqué que l'homme était connu pour le "harcèlement de jeunes femmes", précisant qu'il avait été arrêté en 2012 et 2016 pour des faits relevant d'agressions sexuelles. Les charges ont néanmoins été abandonnées les deux fois, selon le Tallahassee Democrat (en anglais).

Scott Beierle avait en outre posté plusieurs vidéos sur YouTube en 2014 dans lesquelles il exprimait des opinions "racistes" et "misogynes", indique BuzzFeed News (en anglais). Dans ces vidéos, il s'identifie aux Incels, ces "célibataires involontaires" qui blâment les femmes pour leur célibat, assure encore le site d'information. Il y faisait entre autres référence à Elliot Rodger, auteur d'un sextuple meurtre de femmes à Isla Vista, en Californie, en 2014. Scott Beierle avait également mis en ligne des "chansons sexistes et violentes" sur le site Soundclound "ces derniers mois", rapporte Vox (en anglais).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.