Etats-Unis : l'auteur de la fusillade dans un lycée de Parkland compte finalement plaider coupable des 17 meurtres

Ce revirement, annoncé vendredi par l'un de ses avocats, a pour but de lui éviter la peine capitale, même si les procureurs ont l'intention de la requérir quel que soit ce qu'il plaide.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nikolas Cruz (au centre) comparaît devant un tribunal à Fort Lauderdale, en Floride (Etats-Unis), le 15 février 2018. (SUSAN STOCKER / AFP)

L'auteur de la fusillade de 2018 dans un lycée de Parkland compte finalement plaider coupable des 17 meurtres, a annoncé l'un de ses avocats lors d'une audience dans un tribunal de Floride, vendredi 15 octobre. "Nous avons l'intention de changer ce que nous allons plaider (...) pour l'ensemble des chefs d'accusation", a déclaré David Wheeler, dont le client de 23 ans avait initialement plaidé non-coupable. Ce revirement a pour but de lui éviter la peine capitale, même si les procureurs ont l'intention de la requérir quel que soit ce qu'il plaide. Il devrait formaliser sa décision mercredi 20 octobre.

Le 14 février 2018, Nikolas Cruz avait ouvert le feu avec un fusil semi-automatique dans le lycée Marjory Stoneman Douglas, dont il avait été exclu l'année précédente pour "raisons disciplinaires". Il avait tué 17 personnes et en avait blessé une quinzaine d'autres avant d'être arrêté.

Les lycéens de Parkland avaient ensuite mené un mouvement inédit pour réclamer une limitation plus draconienne des ventes d'armes aux Etats-Unis. Nikolas Cruz avait en effet pu acheter légalement un fusil d'assaut, malgré ses antécédents psychiatriques. La mobilisation avait culminé le 24 mars 2018 quand la "Marche pour nos vies" avait rassemblé 1,5 million de personnes à travers le pays, devenant la plus grande manifestation nationale pour un meilleur encadrement des armes à feu de l'histoire des Etats-Unis.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.