Etats-Unis : en six semaines, près de 2 000 enfants de migrants clandestins ont été séparés de leurs parents

Ces séparations sont volontaires, et revendiquées par l'administration Trump, qui plaide la "tolérance zéro".

Des demandeurs d\'asile venus d\'Amérique centrale arrêtés par la police aux frontières américaine, le 12 juin 2018, près de McAllen au Texas (Etats-Unis).
Des demandeurs d'asile venus d'Amérique centrale arrêtés par la police aux frontières américaine, le 12 juin 2018, près de McAllen au Texas (Etats-Unis). (JOHN MOORE / AFP)

Même chez les républicains, le malaise est croissant aux Etats-Unis : en six semaines, entre mi-avril et fin mai, près de 2 000 mineurs ont été séparés de leurs parents migrants, arrêtés pour avoir franchi illégalement la frontière avec le Mexique. C'est l'administration Trump elle-même qui a révélé ce bilan dont elle est fière, même si cette politique fat de plus en plus débat dans la classe politique américaine.

Au total, ce sont 1 995 mineurs qui ont été séparés de 1 940 adultes interpellés et détenus par la police des frontières dans l'attente de poursuites, a indiqué un porte-parole du ministère américain de la Sécurité intérieure. L'administration Trump, qui revendique la "tolérance zéro", a dit clairement que "nous n'allons plus ignorer la loi", a-t-il souligné.

"Entrer illégalement aux Etats-Unis est un délit (...) Et avoir des enfants ne vous protège pas", justifiait le ministre de la Justice Jeff Sessions, jeudi, citant la Bible. "Je pourrais vous renvoyer à l'apôtre Paul et à son commandement clair et sage (...) qu'il faut obéir aux lois du gouvernement car Dieu les a décrétées afin d'assurer l'ordre".

Les enfants ne peuvent être envoyés dans les prisons pour adultes

Le rythme des séparations s'est nettement accéléré depuis début mai, lorsque Jeff Sessions a annoncé que tous les migrants franchissant sans papiers la frontière seraient arrêtés, qu'ils soient accompagnés de mineurs ou pas. Or les enfants ne peuvent être envoyés dans les "prisons" de leurs proches adultes, a-t-il réitéré jeudi, ce qui conduit à leurs séparations.

Mais les républicains du Congrès ne se réjouissent pas tous de cette politique. "Nous ne voulons pas que des enfants soient séparés de leurs parents", a déclaré leur chef, Paul Ryan. "Nous estimons qu'il faut résoudre [cette situation] à travers une loi sur l'immigration", a-t-il ajouté, alors que les républicains travaillent à l'élaboration d'un texte plus large sur l'immigration qui pourrait être présenté la semaine prochaine.

Cette question pourrait être réglée "en une minute s'il y avait un effort sincère", a assuré de son côté la chef de file des démocrates à la Chambre, Nancy Pelosi.