États-Unis : des écoles s'équipent de tableaux de classe pare-balles pour se protéger des attaques au fusil d'assaut

Un mois après la tuerie du lycée de Parkland en Floride, un hommage national est rendu mercredi par tous les élèves des États-Unis. Un établissement scolaire de Berlin dans le Maryland s’est équipé de tableaux de classe pare-balles.

Un tableau de classe pare-balles (à gauche) utilisé à la Worcester Preparatory School de Berlin, dans le Maryland (États-Unis).
Un tableau de classe pare-balles (à gauche) utilisé à la Worcester Preparatory School de Berlin, dans le Maryland (États-Unis). (GRÉGORY PHILIPPS / RADIO FRANCE)

Des tableaux de classe capables de stopper les balles d’armes à feu : c'est la réponse choisie par certaines écoles des États-Unis, en attendant un contrôle plus strict sur les armes à feux. Il y a un mois, les États-Unis ont été endeuillés par la tuerie de Parkland, en Floride, qui a fait 17 morts. Un hommage est rendu mercredi 14 mars. Des dizaines de milliers d’élèves américains sont invités à quitter leurs salles de classe pendant 17 minutes.

Résiste à des balles de fusils d'assaut

A Berlin, dans le Maryland, certains des 500 élèves de la Worcester Preparatory School devaient participer à l'hommage national. Dans les classes de leur établissement, qui dispense des cours de la maternelle au lycée, ils ont pris l’habitude de voir des tableaux pare-balles censés protéger les élèves en cas d’intrusion d’un individu armé.

Il y en a un par classe. Le tableau salvateur mesure 50 centimètres sur 45. Il s’agit d’une plaque de polyéthylène, qui ressemble aux autres tableaux accrochés sur les murs de la classe sauf que celui-ci est capable de résister à des balles de fusils d’assaut de type AR-15 ou AK-47. Le proviseur Barry Tull a eu l'idée d'équiper son établissement de la sorte il y a cinq ans. La plaque pèse moins de deux kilos.

Si jamais toutes nos autres mesures de sécurité échouent, si quelqu’un parvient à entrer dans l’établissement, et s’approche des classes, au moins les professeurs ont quelque chose à attraper, et qui pourra protéger les élèves.Barry Tull, le proviseur de l'établissementà franceinfo

Linda Bragg enseigne les mathématiques avec ce tableau chaque jour. "On l’utilise pour écrire dessus notre note quotidienne pour les étudiants. Ça ne les rend  pas spécialement nerveux, ni moi. Mais on sait que c’est là, en cas de besoin", explique la professeure qui a reçu une formation délivrée par un ancien du Secret Service.

Ce tableau de classe par-balles est fabriqué et commercialisé par une entreprise de la région, Hardwire. Le patron, George Tunis, l’a mis au point après la tuerie de l’université de Virginia Tech qui a fait 33 morts en avril 2007. "Au départ, on faisait du blindage pour les véhicules de l’armée en Irak et en Afghanistan, dit-il. Il fallait que le blindage soit vraiment léger. Donc on avait cette capacité à faire des revêtements pare-balles très légers. Puis on a vu toutes ces tueries dans les écoles. Et on a pensé : pourquoi ne pas mettre ça entre les mains des enseignants ? Comme ça les professeurs auront un outil pour au moins se protéger des balles, peut-être se rapprocher du tireur, arfois, il suffit de quelques mètres, et commencer à le désarmer. "

Maintenant pour eux c’est aussi anodin qu’un extincteur, ça fait partie de leur quotidien. Ça ne résout pas tout le problème mais une partie importante du problème.George Tunis, le patron de Hardwireà franceinfo

Comme après chaque drame de ce genre, la fusillade de Parkland a interrogé parents et professeurs, à la Worcester Preparatory School. Ils se sont demandés s’il fallait, par exemple, armer certains enseignants, comme le suggère le président Trump. "Non merci, répond d’emblée Linda Bragg, la professeure de mathématiques. Je ne veux pas du tout porter une arme."  Le proviseur, lui, n’est pas complètement opposé à cette idée. "Si quelqu’un passe cette porte avec une arme, et bien je préfère qu’en face, cette personne ait aussi une arme pointée sur elle", réagit Barry Tull.

Le tableau pare-balles coûte 1 000 dollars

En attendant, la direction de l’école organise régulièrement des exercices pour former les élèves et les enseignants à réagir en cas d’attaque. La porte de l’établissement est toujours fermée. Il faut sonner pour entrer.

La société Hardwire qui commercialise le tableau pare-balle assure avoir des commandes dans chacun des 50 États américains. Il coûte 1 000 dollars. L’entreprise fabrique aussi des tablettes et des blocs notes blindés, ainsi que des plaques pare-balles de la taille d’un classeur, à placer dans les sacs à dos des élèves.