Floride : course contre la montre pour retrouver les victimes de l'immeuble effondré à Surfside

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
États-Unis : course contre la montre pour retrouver les victimes de l'immeuble effondré à Surfside
France 2
Article rédigé par
A-C.Poignard, D.Stublen, T.Donzel - France 2
France Télévisions

Les recherches se poursuivent aux abords de l'immeuble qui s'est effondré jeudi 24 juin à Surfside, près de Miami aux Etats-Unis. Les familles et proches des disparus s'impatientent, et la colère gronde.

159 personnes sont toujours portées disparues, depuis l'effondrement d'un immeuble près de Miami, aux États-Unis, jeudi 24 juin. Les voisins du quartier leur ont rendu hommage, dans la matinée du samedi 26, devant un mémorial improvisé. "Sur ces photos il y a des enfants, des parents, des familles entières. C'est triste et tellement inimaginable", commente un riverain. 

Impatience et colère chez les familles et proches des victimes 

Les recherches, dans un immense amas de gravats, se poursuivent depuis trois jours. Une éternité pour les familles de disparus, qui s'impatientent. "Il y a des dizaines de personne encore dessous, il faudrait venir avec plus d'équipement, plus de spécialistes de ce genre d'interventions", estime Mike Silber, proche d'une famille disparue. L'immeuble, qui datait des années 80, faisait l'objet de travaux de remise aux normes. Des experts avaient relevé des fissures dans les murs, et un léger affaissement des fondations, des fragilités qui n'étaient toutefois selon eux pas de nature à causer un effondrement d'une telle ampleur. 

Après le choc, la colère monte du côté des familles. "Dans ce type de situation, les premières heures sont souvent cruciales, or on est au troisième jour de recherches", explique la journaliste Anne-Claire Poignard, en duplex depuis Miami, samedi 26 juin, précisant que "les espoirs s'amenuisent d'heure en heure". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.