Cet article date de plus de six ans.

Ferguson : pas de poursuites contre le policier, des violences éclatent

Un grand jury populaire a décidé que le policier blanc qui a tué un jeune homme noir dans cette ville du Missouri ne devait pas être poursuivi. Cette décision a été accueillie par des manifestations de colère.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Un pompier contemple une voiture de police incendiée par des manifestants, lundi 24 novembre, à Ferguson (Missouri, Etats-Unis). (CHARLIE RIEDEL / AP / SIPA)

Le policier blanc qui tué un jeune Noir sans arme à Ferguson (Missouri) ne sera pas poursuivi. C'est ce qu'a décidé un grand jury populaire, dans la soirée de lundi 24 novembre aux Etats-Unis. Dans la foulée, de violentes échauffourées ont éclaté dans les rues de cette ville proche de Saint Louis.

"Pas de justice, pas de paix", ont scandé les manifestants à Ferguson, qui a déjà été le théâtre de graves émeutes raciales en août après la mort de Michael Brown, abattu en plein jour de six balles par un policier. Peu après l'annonce de la décision d'un grand jury populaire exonérant le policier Darren Wilson, le président Barack Obama et la famille de Michael Brown ont exhorté la foule à manifester dans le calme et à la police de faire preuve de "retenue".

Que dit le grand jury ?

Après trois mois de délibérations, le procureur du comté de Saint Louis a annoncé que le policier Darren Wilson ne serait pas inculpé dans la mort de Michael Brown, 18 ans, qui ne portait pas d'arme et a été abattu en plein jour de six balles. "Le devoir d'un grand jury est de séparer les faits de la fiction", a déclaré à la presse le procureur Robert McCulloch.

Darren Wilson, a fait feu à 12 reprises. Il soupçonnait Michael Brown d'avoir volé des cigarillos et ils ont eu une altercation. Ces éléments ont été rapportés lundi par le procureur Robert McCulloch, en même temps qu'il a annoncé que le policier ne sera pas poursuivi.

Le policier, Darren Wilson, qui était dans sa voiture de patrouille, avait identifié Michael Brown comme l'un des éventuels suspects du vol de cigarillos commis quelque temps auparavant dans une supérette de Ferguson. Après l'avoir repéré dans la rue, il lui a demandé de quitter la chaussée et de marcher sur le trottoir : "Ils ont échangé des mots mais Michael [et un ami] ont continué à marcher au milieu de la rue", a raconté le procureur.

"Lorsqu'ils sont passés devant Wilson, le policier a remarqué que Michael Brown avait des cigarillos dans la main... A 12h02, Wilson a lancé un appel à la radio pour demander de l'aide affirmant avoir identifié deux suspects". Lors de sa conférence de presse tardive, Robert McCulloch a précisé que "le policier Wilson a reculé sa voiture de manière à bloquer leur chemin ainsi que la circulation dans les deux sens. Plusieurs voitures sont arrivées de l'est de l'ouest, mais n'ont pas pu dépasser le véhicule de police".

"Une altercation a alors eu lieu entre le policier Wilson, toujours assis à l'intérieur de sa voiture, et Mr Brown qui se tenait debout, au niveau de la fenêtre du conducteur. Durant cette altercation, le policier a tiré deux coups de feu. (...) Mr Brown s'est alors enfui vers l'est sur le boulevard Canfield et le policier Wilson l'a poursuivi [à pied], Mr Brown s'est arrêté et s'est tourné vers le policier. Le policier s'est également arrêté. Michael Brown s'est dirigé vers le policier, qui a alors tiré plusieurs coups de feu et Michael Brown a été mortellement blessé."

Le procureur a expliqué combien il avait été difficile de trouver la bonne version des faits entre les témoignages des uns qui affirmaient que Michael Brown avait les mains en l'air et d'autres qui disaient qu'elles étaient baissées et sur les côtés. Au terme de ces auditions, les jurés ont déterminé "qu'il n'y avait pas de raison suffisante pour intenter des poursuites contre l'officier Wilson".

Quelles ont été les réactions à Ferguson ?

A l'annonce de la décision du grand jury, certains étaient effondrés.

 

Des manifestations ont débuté et dégénéré. Protégés de casques à visière et de gilets pare-balle, les policiers ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants. La police a néanmoins démenti avoir tiré du gaz lacrymogène et a affirmé avoir été la cible d'un cocktail molotov.

La police a également fait état de plusieurs scènes de pillage à Ferguson. Elle a aussi déploré l'incendie d'un de leur véhicule.

Et ailleurs aux Etats-Unis ?

A Times Square, à New York, des centaines de manifestants ont protesté contre ce qu'ils estiment être un déni de justice.

 

A Los Angeles et Washington aussi, des manifestants ont défilé. 

 

 

 D'autres manifestations ont été signalées à Philadelphie et Chicago.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Emeutes à Ferguson

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.