Etats-Unis : deux policiers touchés par des tirs d'arme à feu lors d'une manifestation à Ferguson

Quelques heures après la démission du chef de la police locale, une manifestation a dégénéré dans une ville sous tension depuis la mort d'un jeune Noir tué par un policier en août 2014.

Des manifestants font face à des policiers devant le siège de la police de Ferguson (Missouri), le 11 mars 2015.
Des manifestants font face à des policiers devant le siège de la police de Ferguson (Missouri), le 11 mars 2015. (MICHAEL B. THOMAS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Des coups de feu ont retenti dans la nuit du mercredi 11 au jeudi 12 mars à Ferguson, dans le Missouri (Etats-Unis), lors d'une manifestation devant le commissariat de police. La ville est le théâtre d'émeutes depuis août 2014, après la mort d'un adolescent noir tué par un policier blanc. "Ils ont touché un policier" aux alentours de minuit, a rapporté une photographe. Plusieurs témoins, dont des journalistes locaux, affirment que deux policiers ont été atteints, dont l'un au visage, comme le rapportent Buzzfeed et USA Today (en anglais).

La police du comté de Saint-Louis, où se situe la ville de Ferguson, a confirmé que deux de ses officiers avaient été blessés l'un au visage, l'autre à l'épaule par trois tirs d'armes à feu. "Les deux policiers se trouvaient là lorsqu'on leur a tiré dessus. Simplement parce que c'était des policiers", a déclaré Jon Belmar, chef de la police du comté de Saint-Louis, précisant qu'ils étaient conscients mais que leurs blessures étaient graves.

 

Le chef de la police de Ferguson venait de démissionner

La police indique par ailleurs ne pas savoir d'où provenaient les trois tirs que l'on entend distinctement sur une vidéo tournée par un manifestant, rapidement diffusée sur les réseaux sociaux, via un réseau militant.

Cet incident intervient quelques heures après l'annonce de la démission du chef de la police de Ferguson, Thomas Jackson. Cette démission, à laquelle appelaient de nombreux militants et organisations des droits civiques, est intervenue une semaine après la publication d'un rapport accablant du ministère de la Justice détaillant les pratiques racistes de la police et de la municipalité de Ferguson, ville à majorité noire mais dont les responsables sont blancs.

Une enquête fédérale avait été lancée après la mort, le 9 août 2014, de Michael Brown, 18 ans, un passant non armé tué par le policier Darren Wilson, disculpé depuis par la justice. Des semaines de manifestations et d'émeutes avaient suivi.