Etats-Unis : Elon Musk, patron de Tesla et de SpaceX, élu personnalité de l'année par le magazine "Time"

Cryptomonnaies, intelligence artificielle, colonisation d'autres planètes... Elon Musk, 50 ans, divise pour ses prises de positions autant qu'il fascine. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'homme d'affaires Elon Musk lors d'une conférence à Washington, aux Etats-Unis, le 9 mars 2020.  (WIN MCNAMEE / AFP)

Selon le patron du magazine Time, Edward Felsenthal, "peu d'individus ont autant d'influence que monsieur Musk sur la vie sur Terre et potentiellement aussi sur la vie en dehors de la Terre." L'hebdomadaire américain a décerné, lundi 13 décembre, le titre de personnalité de l'année à Elon Musk, patron de Tesla et de SpaceX et homme le plus riche de la planète. Un choix qui ne fait pas l'unanimité, suscitant à la fois admiration et critiques acerbes.

Avec la société d'exploration spatiale SpaceX, qu'il a fondée en 2002, Elon Musk, 50 ans, a enchaîné les succès : d'un contrat exclusif signé avec la Nasa pour construire le prochain module d'alunissage de l'agence américaine à la première mission orbitale de l'Histoire ne comptant aucun astronaute professionnel à bord.

Tesla, qu'il dirige depuis 2008, a également connu une année faste, continuant de dominer le marché très convoité des véhicules électriques et permettant à l'entreprise de rejoindre, en octobre, le club très restreint des groupes valant plus de 1 000 milliards de dollars en Bourse. A la tête d'une fortune estimée par Forbes à plus de 260 milliards de dollars, Elon Musk s'est déjà délesté de plus de 11 millions d'actions Tesla et s'est récemment engagé à vendre 10% de ses parts de l'entreprise après avoir sondé ses abonnés sur Twitter.

Prochain objectif : créer "une arche de Noé du futur"

Au sujet de SpaceX, Elon Musk déclare dans l'entretien qu'il a accordé au Time que "le but global est de permettre à la vie de se développer sur plusieurs planètes et de faire de l'humanité une civilisation spatiale." "Le prochain grand objectif est de construire une ville autonome sur Mars et d'y faire venir des animaux et des créatures terrestres. Un peu comme une arche de Noé du futur", a ajouté l'entrepreneur d'origine sud-africaine, naturalisé canadien puis américain.

Au sujet de Tesla, il entend "servir d'exemple à l'industrie automobile en espérant que les autres constructeurs fabriquent aussi des véhicules électriques afin d'accélérer la transition vers des technologies durables." 

Dans ses tweets, le dirigeant n'hésite pas à égratigner ses rivaux, notamment Jeff Bezos, réagissant à un tweet du fondateur d'Amazon et de Blue Origin par un emoji représentant une médaille d'argent. Au sénateur du Vermont et ancien candidat à l'investiture démocrate Bernie Sanders, qui suggérait de taxer d'avantage les plus riches, il a récemment rétorqué : "J'oublie tout le temps que vous êtes encore vivant." 

Elon Musk était également passé par Twitter pour faire l'apologie du Dogecoin, une cryptomonnaie à l'origine parodique, contribuant à faire s'envoler le cours. Enfin, après avoir annoncé que Tesla accepterait les paiements en Bitcoin, il était revenu sur son engagement, citant l'impact environnemental du minage, la technique de création des cryptomonnaies.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.