Crash à San Francisco : des passagers du vol accidenté poursuivent Boeing

Quatre-vingt-trois personnes ont intenté une action en justice contre le constructeur américain. Le pilotage automatique pourrait être en cause. 

Des passagers évacuent le Boeing 777 d\'Asiana Airlines, le 6 juillet 2013, après son atterrissage raté à l\'aéroport de San Francisco (Etats-Unis).
Des passagers évacuent le Boeing 777 d'Asiana Airlines, le 6 juillet 2013, après son atterrissage raté à l'aéroport de San Francisco (Etats-Unis). (EUGENE ANTHONY RAH / REUTERS)

Boeing dans le viseur des passagers, après le crash d'un appareil à San Francisco le 6 juillet. Un groupe de 83 voyageurs présents à bord de l'avion d'Asiana Airlines, dont l'atterrissage raté a fait trois morts et plus de 180 blessés, ont intenté une action en justice contre le constructeur, rapportent des avocats, mercredi 17 juillet. Bien que l'enquête pour déterminer les causes exactes de cet accident soit encore en cours, la firme Ribbeck Law Chartered a indiqué que le système de pilotage automatique du Boeing 777 pourrait être en cause.

Le constructeur américain pourrait aussi être attaqué car des toboggans de secours se sont déployés dans l'avion, blessant certains passagers et bloquant leur sortie, ajoute Ribbeck dans un communiqué. Le cabinet évoque aussi des problèmes avec les ceintures de sécurité. Les secouristes ont en effet "dû donner des couteaux aux membres de l'équipage à l'intérieur de l'avion pour qu'ils libèrent des passagers".

Un tribunal de Chicago, où se trouve le siège de Boeing, a été saisi, et l'action en justice pourrait être étendue dans les jours à venir à la compagnie Asiana Airlines ainsi qu'à plusieurs autres sous-traitants qui "peuvent avoir été responsables du désastre", ajoute Ribbeck Law Chartered. De leur côté, des experts indépendants mandatés par la firme vont surveiller l'enquête officielle et conduire leurs propres recherches, afin de déterminer les fautes éventuelles des différentes parties.