Corée du Nord : la Corée du Nord a toujours voulu "traiter d'égal à égal avec Washington", selon Juliette Morillot

Historienne spécialiste des deux Corées, Juliette Morillot est l'invitée du plateau de Soir 3. La chercheuse revient sur les volontés de la Corée du Nord, affirmant qu'une dénucléarisation n'est pas à l'ordre du jour.

Voir la vidéo

Tout a été dit ou presque sur Kim Jong-Un. Le chef d'État de Corée du Nord possède l'arme nucléaire. Une quête qui était celle de son père et prédécesseur, Kim Jong-Il. Mais peut-il renoncer à cette arme en échange de négociations à venir ? "Pour Kim Jong-un, l'arme nucléaire est une véritable assurance vie", commente Juliette Morillot, spécialiste des deux Corées. Avant d'ajouter : "Il est difficile à croire que les Nord-Coréens sont sincères. Pourtant, avec cette demande de dialogue, ils réalisent ce qu'ils ont toujours voulu faire : traiter d'égal à égal avec Washington."

Une dénucléarisation sous certaines conditions ?

D'autant que dans sa déclaration, Kim Jong-un a évoqué la possibilité d'une dénucléarisation à la condition que "toutes les conditions de sécurité soient réunies." Pour l'historienne, auteure de l'ouvrage "Le monde selon Kim Jong-un", ces conditions concerneraient "un pacte de non-agression sur la péninsule par le biais d'un traité de paix. Mais surtout que les 30 000 soldats américains, basés au sud du 38ème parallèle, quittent la péninsule coréenne". De ce point de vue-là, il n'est pas dit que les États-Unis transigent tant ils ont "besoin de cette présence dans cette partie du monde, face à la montée en puissance de la Chine", analyse l'historienne.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les gens regardent un reportage télévisé montrant des photos du président américain Donald Trump et du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un dans une gare de Séoul (Corée du Sud), le 9 mars 2018.
Les gens regardent un reportage télévisé montrant des photos du président américain Donald Trump et du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un dans une gare de Séoul (Corée du Sud), le 9 mars 2018. (JUNG YEON-JE / AFP)