Chauffeurs Uber : vers une reconnaissance du statut de salarié

Le Sénat de Californie (États-Unis) a adopté un projet de loi qui devrait contraindre Uber et Lift à accorder un statut d'employé à leurs chauffeurs. Ces derniers sont des travailleurs indépendants qui ne bénéficient pas de protection sociale et qui coutent moins cher.

FRANCE 2

C'est une loi qui pourrait tout bouleverser. En Californie (États-Unis), tous ceux qui travaillent via une application sont concernés."Une personne qui fournit un travail contre rémunération doit être considérée comme un salarié et non pas comme un travailleur indépendant", détaille le nouveau texte. La loi obligerait à des sociétés comme Uber à embaucher leurs chauffeurs avec un salaire minimum, une protection sociale et des congés.

Une hausse des coûts de 30%

Les entreprises concernées annoncent une hausse de leurs couts de 30%. Cette loi, ce serait également une perte de souplesse pour les chauffeurs. Pour ces derniers, il s'agit d'une activité complémentaire. Pendant des mois, d'autres chauffeurs ont manifesté en Californie pour demander à devenir salarié, qui représente souvent le seul moyen d'avoir une assurance santé.

Le JT
Les autres sujets du JT
(ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP)