Cet article date de plus de deux ans.

Un an après les incidents meurtriers à Charlottesville, une poignée de néonazis se rassemble à Washington

Ils ont été accueillis par des centaines de contre-manifestants. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une vingtaine de suprémacistes blancs se sont rassemblés à Washington, le 12 août 2018, un an après les incidents meurtriers de Charlottesville.  (YASIN OZTURK / ANADOLU AGENCY / AFP)

La manifestation a fait un flop. Une poignée de néonazis se sont rassemblés, dimanche 12 août, devant la Maison Blanche, sous surveillance policière renforcée et face à des centaines de contre-manifestants, un an après les incidents meurtriers de Charlottesville.

Ils avaient reçu l'autorisation pour un cortège de 400 personnes mais seule une vingtaine de suprémacistes blancs sont arrivés dans l'après-midi au square Lafayette, après avoir marché depuis une station de métro du centre de Washington. Parmi eux figuraient Jason Kessler, organisateur de l'événement et déjà à l'origine du rassemblement de l'an dernier à Charlottesville.

"Partez de ma ville"

Les manifestants ont été accueillis par au moins 300 militants antiracistes qui leur ont crié "Honte à vous" et "Partez de ma ville". La ville de Washington avait accordé à l'organisation informelle Unite the Right, à l'origine du rassemblement de Charlottesville (Virginie) en 2017, un créneau de 17h30 à 19h30, mais le groupe de manifestants a quitté les lieux aux environs de 18 heures.

Pour empêcher tout contact entre manifestants et contre-manifestants, un important dispositif policier avait été mis en place, avec plusieurs artères interdites à la circulation. Après le départ des sympathisants d'extrême droite, la police a eu recours à des gaz lacrymogènes pour disperser une partie des militants "antifa", qui ont fini par quitter les lieux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Charlottesville

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.