Ce que l'on sait sur l'accident d'une voiture Uber sans conducteur qui a coûté la vie à une piétonne

C'est le premier accident mortel de ce type alors que l'entreprise de VTC teste depuis plusieurs mois ses véhicules dans plusieurs villes des Etats-Unis et du Canada.  

Illustration de l\'application de VTC Uber. 
Illustration de l'application de VTC Uber.  (PIERRE GAUTHERON / HANS LUCAS / AFP)

C'est le premier accident entre un piéton et une voiture autonome. Une femme qui traversait la route est morte après avoir été percutée par un véhicule Uber sans conducteur, dimanche 18 mars, à Tempe, dans l'Arizona (Etats-Unis). L'entreprise de VTC teste ce dispositif dans plusieurs villes des Etats-Unis et du Canada.

"Une nouvelle incroyablement triste nous vient d'Arizona. Nous pensons à la famille de la victime, en même temps que nous travaillons avec la police locale pour comprendre ce qui s'est passé", a tweeté Dara Khosrowshahi, le PDG de Uber. Franceinfo fait le point sur ce que l'on sait de cet accident et sur les conséquences potentielles sur le programme de Uber.

Que s'est-il passé exactement ? 

L'accident s'est produit dimanche, vers 22 heures (heure locale), à Tempe, dans la banlieue de Phoenix. La voiture fonctionnait alors en mode autonome avec une personne assise sur le siège conducteur, mais qui ne conduisait pas, explique la police locale.

Quand elle a été percutée, la victime, âgée de 49 ans, traversait un axe routier à quatre voies avec un vélo, en dehors du passage piéton. Gravement blessée, elle a été transportée à l'hôpital, où elle a succombé à ses blessures. Les images de la télévision locale ABC15 montrent un vélo plié et un 4x4 Volvo XC90 accidenté à l'avant.

La voiture autonome est-elle en cause ? 

C'est la grande question. L'agence fédérale de la sécurité routière a envoyé une équipe spéciale sur place pour enquêter sur cet accident. Les autorités ont expliqué être en contact avec Uber et Volvo. Le constructeur suédois a indiqué qu'Uber utilisait des versions spéciales de ses véhicules 4x4 pour effectuer des essais, mais précise que les technologies de conduite autonomes ne sont pas fabriquées par Volvo.

La cheffe de la police de Tempe donne de son côté de premiers éléments. Citée par le San Francisco Chronicle, elle affirme que ces derniers tendent à montrer que le véhicule autonome n'était pas en faute. "Il est très clair qu'il aurait été difficile d'éviter cette collision quel que soit le mode de conduite, étant donné la façon dont la victime a surgi sur la route", explique-t-elle. Les enquêteurs s'appuient notamment sur les images filmées par les caméras qui équipaient la voiture.

Quelles seront les conséquences pour Uber ?

Peu après l'accident, un porte-parole d'Uber a déclaré que l'entreprise suspendait immédiatement ses essais de véhicules autonomes en Amérique du Nord. Les autorités de l'Ontario, la province canadienne où Uber effectue également des essais sur route, ont annoncé suivre de près l'enquête.

Cet accident tombe très mal pour Uber. Au côté de Waymo, la filiale d'Alphabet spécialisée dans la conduite autonome, l'entreprise de VTC  appelait au déploiement de véhicules sans conducteurs dans tous les Etats-Unis. Deux jours avant l'accident, elle tentait de faire adopter par le Congrès un projet de loi allant dans ce sens.

Mais le texte s'est heurté au refus de certains élus démocrates, inquiets pour la sécurité des piétons. "Ce tragique accident souligne pourquoi nous devons être exceptionnellement prudents sur les tests et le déploiement des technologies liées aux voitures autonomes sur les routes", a écrit, sur son site internet (en anglais), le sénateur démocrate Edward Markey, membre de la commission des Transports.