Bitcoin au-dessus des 60 000 dollars : "Il y a tout un écosystème qui se développe" autour de cette cryptomonnaie, juge l'économiste Philippe Herlin

Le Bitcoin ainsi que d'autres cryptomonnaies deviennent petit à petit des monnaies de transaction selon Philippe Herlin, spécialiste des questions monétaires.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Une représentation physique du Bitcoin, dans un magasin de change à Tel Aviv, le 6 février 2018. (JACK GUEZ / AFP)

"Il y a très peu de vendeurs parce que beaucoup de gens se disent que le Bitcoin va encore monter. On est dans une période où il y a plus d'acheteurs que de vendeurs, d'autant que le cours est en progression", a indiqué sur franceinfo samedi 13 mars Philippe Herlin, économiste, spécialiste des questions monétaires, auteur de "Apple, Bitcoin, Paypal, Google : la fin des banques ? Comment la technologie va changer votre argent" (éditions Eyrolles) alors que, pour la première fois, la valeur du Bitcoin a dépassé les 60 000 dollars.

franceinfo : Pouvez-vous nous rappeler ce qu'est un Bitcoin ?

La particularité des Bitcoin, c'est une monnaie qui fonctionne sans banque centrale. Comme il n'y a pas d'autorité centrale, il ne peut pas y avoir tout d'un coup une modification du taux d'intérêt par exemple, ce que font les banques centrales tous les jours. C'est justement ce qui confère sa valeur au Bitcoin, parce que ça ne dépend de personne. Alors il y a des règles fédérales qui sont strictes, et il y aussi une autre règle fondamentale : il n'y aura jamais plus de 21 millions de Bitcoins. Aujourd'hui on est à 18,5 millions de Bitcoins, donc plus très loin de la fin. Cela fait du Bitcoin une ressource rare alors que les euros et les dollars, il n'y a aucune limite, aucun plafond. En ce moment, on est en train d'en créer des quantités énormes et donc ça fait naître de plus en plus de crainte de l'inflation.

Comment expliquez-vous cette envolée du Bitcoin à plus de 60 000 dollars ?

Il y a une raison conjoncturelle, avec le plan de relance du président américain Joe Biden qui a été accepté récemment. Cela va se traduire concrètement par un chèque de 1 400 dollars qui va être envoyé à tous les Américains. Cela fait beaucoup d'argent et on a pu constater lors des plans précédents de l'administration Trump, qui étaient moins élevés en valeur, que les gens consacraient une partie de cet argent à investir en actions et aussi en Bitcoin. Donc, beaucoup de gens anticipent le fait que le Bitcoin va monter parce que ce chèque de 1 400 dollars va être envoyé dans les jours qui viennent.

Qui investit aujourd'hui dans le Bitcoin ? On parle beaucoup d'hommes d'affaires, comme Elon Musk. Beaucoup de particuliers aussi ?

Oui, tout à fait. Les particuliers avaient investi et beaucoup étaient partis en courant quand le cours s'était effondré après le pic de 2017. Là, on a quelque chose de beaucoup plus solide parce qu'il y a beaucoup d'institutionnels. Et ça, ce sont des gens qui mettent plus de temps à se décider, mais une fois que c'est fait, ils restent longtemps et ils ne vont pas s'enfuir dès que le cours connaîtra une baisse. [Malgré le cours élevé en ce moment], il y a très peu de vendeurs parce que beaucoup de gens se disent que le Bitcoin va encore monter. On est dans une période où il y a plus d'acheteurs que de vendeurs, d'autant que le cours est en progression.

De nombreux commentateurs parient sur une explosion à plus ou moins court terme de cette "bulle Bitcoin". Comment est-ce que vous voyez les choses ?

Ce n'est pas une bulle, parce que le Bitcoin n'est pas uniquement un actif spéculatif : c'est tout un écosystème. Il y a aussi la notion de blockchain, qui permet de construire des services financiers. C'est utilisé aussi dans pas mal de pays émergeants, où la monnaie locale subit de l'inflation, comme monnaie de transaction ; certaines entreprises l'utilisent. D'ailleurs, Elon Musk a dit que bientôt, on pourra acheter sa voiture Tesla en Bitcoin. Cela montre bien que ça devient une monnaie de transaction, il y a des flux économiques réels. Et ça, c'est rassurant pour l'avenir : si ce n'était qu'un actif spéculatif, évidemment, on pourrait s'inquiéter. Mais non, il y a toute une économie qui est en train de se développer. Il y a aussi d'autres cryptomonnaies, comme l'Ethereum, qui se développent et connaissent un succès important.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.