Attentats du 11-Septembre : les souvenirs indélébiles des journalistes qui ont couvert les événements

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 8 min.
Attentats du 11-Septembre : les souvenirs indélébiles des journalistes qui ont couvert les événements
franceinfo
Article rédigé par
L. de la Mornais, S. Khaldoun - franceinfo
France Télévisions

Les attentats du 11 septembre 2001 ont bouleversé les États-Unis, mais aussi le monde entier. Loic de La Mornais, pour France Télévisions, et Claude Deschênes, pour Radio Canada, ont couvert les faits, il y a 20 ans.

20 ans après, les souvenirs restent gravés dans la mémoire de tout un chacun : le 11 septembre 2001, 2 977 personnes ont perdu la vie dans des attentats à New York, au Pentagone et dans un champ de Pennsylvanie, où un avion s’est écrasé. "Quand on a appris que les attentats venaient d’avoir lieu, on était tous à la rédaction à Paris. Deux vols de jets privés ont décollé, affrétés par France Télévisions. Mais ils se sont retrouvés bloqués en Islande, car le trafic aérien a été bloqué. J’ai voyagé dans le premier vol commercial qui est reparti, quatre jours après", se rappelle Loic de La Mornais, correspondant à New York.

La sidération et l’incompréhension

Ce dernier a ensuite pu débuter son enquête, d’abord sur les pilotes terroristes, puis dans les bases américaines qui se préparaient déjà à envoyer des troupes en Afghanistan et en Irak. Pour les Américains, c’est l’incompréhension et la sidération. "J’étais à New York depuis cinq jours. Mon tournage s’achevait, on devait rentrer à Montréal par le vol de 17 heures. En revenant du déjeuner, on a vu un avion passer à une vitesse et une hauteur anormales. En arrivant à ma chambre, j’ai appris qu’il y avait eu cet incident, qu’on minimise au début, développe Claude Deschênes, à l’époque journaliste pour Radio Canada. Ce que je vois autour de moi, ce sont des New-yorkais atterrés, décontenancés par ce dont ils sont témoins. On ne sait rien à ce moment-là, mais ensuite, tout va très vite. En une heure et demie, les avions suivants ont frappé et les tours se sont effondrées."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.