Cet article date de plus de sept ans.

Attentat de Boston : le FBI voulait-il recruter Tamerlan Tsarnaev ?

Les avocats de Djokhar Tsarnaev, le seul suspect encore en vie, affirment que le FBI avait proposé à son frère de devenir un informateur au sein de la communauté tchétchène et musulmane.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des messages en hommage aux victimes de l'attentat lors du marathon de Boston (Etats-Unis), accrochés à des barrières près des lieux du drame, le 21 avril 2013. (KEVORK DJANSEZIAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Le FBI aurait proposé à Tamerlan Tsarnaev, l'un des deux frères suspectés d'avoir commis l'attentat lors du marathon de Boston en 2013, de devenir un informateur au sein de la communauté tchétchène et musulmane. Les avocats du dernier Tsarnaev encore en vie, Djokhar, l'ont affirmé, vendredi 28 mars.

Les avocats de Djokhar ont demandé au FBI, dans des documents déposés auprès de la justice, que toutes les informations relatives à d'éventuels contacts entre le FBI et Tamerlan soient mises à la disposition de la justice. Le FBI "a interrogé Tamerlan sur ses recherches internet, et lui a demandé d'être un informateur sur la communauté tchétchène et musulmane", assurent-ils

Le FBI a déjà démenti

Les conseils de Djokhar écrivent qu'ils ont la "conviction que ces contacts figurent parmi les événements qui ont précipité les actes de Tamerlan dans la semaine du 15 avril". Ils disent avoir "des raisons de penser que Tamerlan a mal interprété ces rencontres et discussions avec le FBI, et a cru qu'elles visaient à faire pression sur lui, ce qui a augmenté sa paranoïa et sa détresse". Ils estiment que ces informations pourraient donc servir de circonstance atténuante pour Djokhar.

En octobre 2013, le FBI avait assuré que "les frères Tsarnaev n'avaient jamais été des sources du FBI", et que "le FBI n'avait pas non plus cherché à les recruter comme sources". Tamerlan est mort pendant une course poursuite avec la police, trois jours après le double attentat du 15 avril 2013. Mais le procès de son frère Djokhar doit s'ouvrir le 3 novembre prochain. Il est soupçonné d'avoir posé les deux bombes artisanales qui ont explosé près de la ligne d'arrivée du marathon, faisant trois morts et 264 blessés. Il encourt la peine de mort.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.