Attentat de Boston : la une controversée de "Rolling Stone"

Le magazine musical américain met en couverture l'auteur présumé des attentats de Boston.

L\'auteur présumé de l\'attentat de Boston, Djokhar Tsarnaev, à la une du magazine \"Rolling Stone\" daté d\'août 2013.
L'auteur présumé de l'attentat de Boston, Djokhar Tsarnaev, à la une du magazine "Rolling Stone" daté d'août 2013. (ROLLING STONE)

La polémique était inévitable. Le magazine américain Rolling Stone, spécialisé dans les entretiens-fleuves de musiciens, a choisi de faire la couverture de son numéro d'août avec Djokhar Tsarnaev, l'auteur présumé des attentats de Boston. Le jeune homme est plutôt à son avantage sur ce cliché non daté : adossé à un mur, le regard mélancolique, l'air songeur, ses mèches brunes lui tombent sur les yeux.

Les présentateurs du "Today Show", l'émission matinale de la chaîne NBC, ont même noté mercredi matin qu'il avait un air de Jim Morrison, le chanteur des Doors que le magazine avait mis en une en 1991, à l'occasion des vingt ans de sa mort.

La photo illustre l'article principal du bimensuel, dans lequel la journaliste Janet Reitman retrace le parcours de Djokhar Tsarnaev, un "étudiant brillant et prometteur rejeté par sa famille, tombé dans l'islam radical, qui s'est finalement transformé en monstre". Mais le portrait, qui donne à Tsarnaev une allure romantique, a déclenché une avalanche de critiques dans un pays encore traumatisé par l'attentat de Boston, que le jeune Américain d'origine tchétchène est accusé d'avoir planifié avec son frère.

Une couverture fustigée par le maire de Boston

Des reproches relayés par le maire de Boston : "Votre couverture récompense un terroriste en le traitant comme une célébrité, déplore Thomas Menino dans une lettre ouverte au magazine. C'est, au mieux, mal pensé, et cela transmet à nouveau le message terrible que la destruction apporte de la notoriété aux tueurs."

Face à ce déferlement, le magazine a justifié son choix, mercredi, en affirmant qu'il est "d'autant plus important pour nous de regarder attentivement la complexité de cette affaire, et d'aboutir à davantage de compréhension de la manière dont une telle tragédie peut se produire, que Djokhar Tsarnaev est jeune, et appartient à la même tranche d'âge que beaucoup de nos lecteurs"

L'attentat de Boston, perpétré le 15 avril, avait fait trois morts et 264 blessés. Djokhar Tsarnaev, qui plaide non coupable des trente chefs d'accusation retenus contre lui, risque la peine de mort.