Cet article date de plus de neuf ans.

Une Française jugée à l'Île Maurice pour trafic de Subutex

Une Française de 25 ans comparaît mardi devant la justice mauricienne. Elle est détenue sur l'île depuis un an et la découverte dans ses bagages de 1.680 comprimés de Subutex, un substitut à l'héroïne. La jeune femme et son collectif de soutien assurent qu'elle n'était pas au courant.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Ce sont les douaniers de l'aéroport de Plaisance à Port-Louis qui ont fait la découverte dans les bagages d'Aurore Gros-Coisy le 19 août 2011 : deux boîtes de gâteaux remplis de 1.680 pillules de Subutex. Depuis la jeune femme de 25 ans est enfermée et doit comparaître mardi pour détention d'un substitut à la drogue. 

"Une détention abusive", pour sa famille et son collectif de soutien basés dans le Rhône. D'après eux, c'est le petit ami de la prévenue qui a truffé le sac-à-dos de Subutex. 

"Cela fait plusieurs années que la France est devenue la source d'approvisionnement de Subutex avec l'île Maurice. Le Parlement mauricien a amendé ses lois depuis 2009 pour punir plus sévèrement la possession du Subutex.  Or, ce n'est que depuis juin dernier que les autorités françaises ont finalement émis une note pour prévenir les ressortissants français des risques encourus", explique le collectif de soutien.

Le cas de d'Aurore Gros-Coisy n'est pas isolé. Plusieurs pétitions ont été lancées au printemps dernier pour soutenir trois autres jeunes femmes de 18 à 25 ans soupçonnées de trafic de Subutex. 

 

 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.