Une ceinture explosive est à l'origine de la mort de Linda Norgrove, vendredi, lors d'une opération de sauvetage ratée

Linda Norgrove, une travailleuse humanitaire de 36 ans qui travaillait sur un programme financé par l'agence américaine d'aide au développement, avait été tuée vendredi soir pendant une opération de sauvetage apparemment menée par l'armée américaine.Elle avait été enlevée le 26 septembre avec trois accompagnateurs afghans dans l'est du pays.

Soldats américains patrouillant dans la province de Kunar (est de l\'Afghanistan) en décembre 2009
Soldats américains patrouillant dans la province de Kunar (est de l'Afghanistan) en décembre 2009 (AFP - Tauseef MUSTAFA)

Linda Norgrove, une travailleuse humanitaire de 36 ans qui travaillait sur un programme financé par l'agence américaine d'aide au développement, avait été tuée vendredi soir pendant une opération de sauvetage apparemment menée par l'armée américaine.

Elle avait été enlevée le 26 septembre avec trois accompagnateurs afghans dans l'est du pays.

Elle "a été tuée par une explosion, très certainement une ceinture explosive qu'un preneur d'otage portait" et qu'il a déclenchée lors de l'opération américaine, a révélé une source au sein du gouvernement britannique. "Rien ne permet de penser que des tirs des forces américaines ont provoqué sa mort", a ajouté cette source.

Les autorités britanniques ont annoncé samedi que leur ressortissante avait été tuée "par ses ravisseurs" lors d'une opération de sauvetage qui avait mal tourné. Ni l'OTAN ni Londres n'ont précisé quelles troupes avaient mené l'opération. Mais selon la source au sein du gouvernement britannique, il s'agirait des troupes américaines qui ont agi "pour le compte" de l'OTAN. Les militaires britanniques, stationnées dans le sud du pays, n'ont pas été impliquées.

Le général américain David Petraeus, commandant des 152.000 soldats occidentaux en Afghanistan, a assuré samedi que ses militaires avaient fait "tout leur possible" pour sauver la Britannique de 36 ans.

La mort de Linda Norgrove a suscité une vive émotion au Royaume-Uni. L'affaire faisait la "une" dimanche de nombreux journaux.

"Nous avons reçu des informations sur l'endroit où Linda était détenue. Nous avons alors décidé que, étant donné le danger qu'elle courait, sa meilleure chance d'être libérée saine et sauve était que nous agissions sur la base de cette information", a raconté William Hague.

Linda Norgrove était la directrice régionale du programme "IDEA-NEW", un projet quinquennal de 150 millions de dollars (108 millions d'euros). Ce projet, financé par l'agence américaine d'aide au développement USAID, a pour but de créer des emplois ainsi que de renforcer l'économie et l'autorité locale afghane dans les régions instables.

L'enlèvement de la ressortissante britannique avait eu lieu dans une région proche de la frontière avec le Pakistan où les talibans sont fortement implantés. Le commandement des insurgés avait démenti être responsable de ces enlèvements. Le mouvement taliban n'est cependant pas homogène et des groupes locaux peuvent très bien agir indépendamment des ordres du commandement central.

De nombreux civils étrangers ont été tués depuis la chute du régime taliban en 2001.

Une femme médecin britannique, Karen Woo, 36 ans, avait été tuée en août ainsi avec sept autres étrangers membres d'une équipe médicale humanitaire dans la province de Badakhshan (nord-est). Elle appartenait à une équipe de huit humanitaires occidentaux (constituée également de six Américains net d'une Allemande), qui avaient été retrouvés le corps criblé de balles dans le nord-est de l'Afghanistan. L'action avait été revendiquée par les talibans qui avaient affirmé avoir visé des "missionnaires chrétiens". Deux Afghans avaient également péri dans l'attaque.