Un père obligé de choisir à laquelle de ses jumelles donner son foie

Les médecins ont finalement décidé pour lui, sur la base de données médicales. 

Johanne Wagner (D), la femme de Michael Wagner, donne une conférence de presse sur la greffe de foie d\'une de leurs jumelles, aux côtés d\'un médecin, le 12 février 2015 à Toronto (Canada). 
Johanne Wagner (D), la femme de Michael Wagner, donne une conférence de presse sur la greffe de foie d'une de leurs jumelles, aux côtés d'un médecin, le 12 février 2015 à Toronto (Canada).  (NATHAN DENETTE / AP / SIPA)

Si vous deviez sauver l'un de vos enfants, lequel choisiriez-vous ? C'est la question qui a été posée à Michael Wagner, un père de famille canadien compatible avec ses deux jumelles, Phuoc et Binh. Lequel n'a pas pu choisir et a remis sa décision entre les mains des médecins, raconte Le Figaro, vendredi 13 février.

Phuoc a bénéficié du don paternel

Binh et Phuoc, deux jumelles vietnamiennes adoptées par le couple, souffrent en effet d'une grave maladie génétique, le syndrome d'Alagille, qui affecte le cœur et d'autres organes. Leur état de santé s'étant récemment dégradé, une transplantation pour les deux fillettes a été envisagée. Le père, donneur compatible avec les deux enfants, s'est donc fait retirer, mardi, une partie de son foie. 

Sur la base des données médicales, les soignants ont décidé que Phuoc bénéficierait de cette greffe paternelle. Binh attend, elle, toujours un donneur. Selon The Canadian Press (en anglais), le don ne peut avoir lieu qu'une fois, ce qui explique pourquoi Michael Wagner n'a pas pu donner un morceau de son foie aux deux fillettes.