Cet article date de plus de sept ans.

Un enfant sur trois dans le monde n'a pas d'existence légale

Au total, près de 230 millions d'enfants de moins de cinq ans ne possèdent pas de certificat de naissance. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un médecin mesure le bras d'un enfant d'un an dans le nord du Burundi, le 23 septembre 2013. (THOMAS SCHULZE / AFP)

Au yeux de leur pays, ils n'existent pas. Un enfant sur trois dans le monde n'a pas été enregistré à la naissance, révèle un rapport (PDF en anglais) du Fonds des nations unies pour l'enfance (Unicef) publié mercredi 11 décembre. Au total, d'après les statistiques recueillies auprès de 161 pays, près de 230 millions d'enfants de moins de cinq ans ne possèdent pas de certificat de naissance. 

Or, ce document "garantit aux enfants de ne pas être oubliés ou victimes de discriminations", rappelle la directrice générale adjointe de l'Unicef. Sans certificat, impossible de s'inscrire dans une école ou sur les listes électorales, dans certains pays. Son absence rend aussi difficile l'obtention de soins, d'un passeport ou d'un permis de conduire. Déterminer l'âge est également essentiel dans la lutte contre le recrutement d'enfants-soldats. Lors de catastrophes naturelles ou de conflits, il est plus difficile de retrouver la famille si l'enfant n'a pas ce document.

Taux d'enregistrement très faible en Afrique subsaharienne

Selon le rapport de l'Unicef, seuls 60% environ des nourrissons ont été recensés à la naissance en 2012. Le taux d'enregistrement est particulièrement faible dans certains pays d'Asie et d'Afrique subsaharienne, comme en Somalie (3%), en Ethiopie (7%), en Tanzanie (16%) ou encore au Pakistan (27%). 

Et quand les enfants sont enregistrés, il n'existe parfois aucune preuve de cet enregistrement, souvent à cause du coût très élevé du document. "Nous recommandons un système d'enregistrement universel, gratuit et confidentiel", souligne ainsi la directrice générale adjointe de l'Unicef.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.