Syrie : 1 500 combattants kurdes tués en deux mois d'offensive turque à Afrine

Depuis le 20 janvier, la Turquie tente de chasser de cette région les Unités de protection du peuple (YPGC), une milice kurde classée groupe "terroriste" par Ankara. Ces combattants ont pourtant joué un rôle majeur dans la lutte contre l'Etat islamique.

Des combattants syriens soutenus par la Turquie au nord d\'Afrine (Syrie), le 17 mars 2018. 
Des combattants syriens soutenus par la Turquie au nord d'Afrine (Syrie), le 17 mars 2018.  (KHALIL ASHAWI / REUTERS)

Le bilan est lourd. En à peine deux mois, plus de 1 500 combattants kurdes ont été tués dans l'enclave d'Afrine, dans le nord-ouest de la Syrie, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), dimanche 18 mars. La Turquie y mène depuis le 20 janvier une offensive contre les Unités de protection du peuple (YPG). 

Cette milice kurde, classée groupe "terroriste" par Ankara, s'est pourtant battue contre l'Etat islamique lors des offensives contre les jihadistes ces derniers mois. En deux mois d'offensive turque, la plupart des combattants kurdes qui ont été tués sont morts "dans des frappes aériennes et des tirs d'artillerie", a précisé l'OSDH. 

Le centre-ville "totalement" sous contrôle

Les combats se poursuivaient à Afrine dimanche, après l'entrée des forces turques et de leurs supplétifs syriens dans la ville. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a affirmé que des combattants syriens soutenus par Ankara avaient pris le contrôle "total" du centre-ville, dimanche dans la matinée. 

"Les forces turques et des groupes alliés progressent rapidement dans la ville d'Afrine après plusieurs jours d'intenses bombardements, et en contrôlent désormais plus de 50%", a rapporté de son côté l'OSDH.