DIRECT. Référendum en Turquie : le président Erdogan revendique la victoire, l'opposition dénonce des manipulations

Le texte du président turc, Recep Tayyip Erdogan, remplace désormais le régime parlementaire par un régime présidentiel. 

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, remporte son pari. Son Premier ministre a revendiqué, dimanche 16 avril, la victoire du "oui" au  référendum"La Turquie a pris une décision historique au sujet de son système de gouvernance, a lui-même déclaré, peu de temps après, le président Erdogan lors d'un discours à Istanbul. Nous voulons que les organisations et les pays étrangers respectent la décision de notre nation." Le texte, approuvé par une courte majorité, vise à remplacer le système parlementaire par un système présidentiel, une mesure qui bouleverserait le système de gouvernance de la Turquie, membre important de l'Otan et partenaire de l'Union européenne. L'opposition, de son côté, dénonce des manipulations et va contester les résultats. Suivez sur franceinfo notre direct.

Le "oui" en tête. Après dépouillement de 99% des bulletins de vote, le "oui" était en tête avec 51,34%, selon l'agence de presse pro-gouvernementale Anadolu.

Erdogan évoque un nouveau référendum sur la peine de mortRépondant à une foule à Istanbul qui criait "peine de mort", le président turc a dit qu'il allait "maintenant discuter de cela avec (le Premier ministre Binali) Yildirim". Si l'opposition soutient le rétablissement de la peine capitale, "alors j'approuverai" cette mesure, a-t-il affirmé, si elle ne le soutient pas, "alors nous organiserons un nouveau référendum".

L'opposition dénonce des "manipulations".  Les deux principaux partis d'opposition ont dénoncé des "manipulations". Bülent Tezcan, secrétaire-général adjoint du premier parti d'opposition, le CHP (social-démocrate), a dénoncé sur la chaîne CNN-Türk une "violation" après la décision du Haut-Conseil Electoral (YSK) de valider les bulletins de vote non marqués du sceau officiel. Et le deuxième parti d'opposition, le HDP, a fait savoir sur Twitter qu'il allait contester les votes provenant de "deux tiers" des urnes.

La fonction de Premier ministre suppriméeAux termes de cette réforme, le pouvoir exécutif serait détenu par le président, la fonction de Premier ministre serait supprimée et le président Erdogan pourrait rester au pouvoir au moins jusqu'en 2029. Selon ce dernier, cette réforme est nécessaire pour doter la Turquie d'un exécutif fort et stable, et pour lui permettre de faire face à d'importants défis économiques et sécuritaires.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #TURQUIE

22h56 : Un président renforcé, un Parlement affaibli, un pays plus autoritaire et des relations avec l'UE incertaines. franceinfo revient sur ce que change le "oui" à la révision constitutionnelle.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, lors d\'un meeting à Istanbul, le 15 avril 2017. (BERK OZKAN / AFP)

22h48 : Le Haut-Conseil électoral (YSK) en Turquie confirme la victoire du "oui" au référendum, il devance le "non" de quelque 1,25 million de voix, avec seulement 600 000 bulletins de vote qui restent à dépouiller. Le résultat définitif devrait être annoncé "d'ici à 11 ou 12 jours".

22h32 : Dénonçant la décision du Haut-Conseil électoral de valider les bulletins de vote non marqués du sceau officiel des bureaux de vote, le leader du CHP (social-démocrate), Kemal Kiliçdaroglu, a déclaré que les autorités avaient "rendu sujet à débat la légitimité du référendum", et "jeté une ombre sur la décision de la nation".

22h28 : Le chef de l'opposition remet en cause la légitimité du référendum.

21h58 : On suit toujours l'envoyé spécial de franceinfo à Istanbul.

21h51 : Le président turc évoque également l'organisation d'un nouveau référendum, sur le rétablissement de la peine de mort.

21h38 : Recep Tayyip Erdogan appelle les pays étrangers à "respecter" le résultat du référendum.

21h22 : Recep Tayyip Erdogan salue une décision "historique" après la victoire du oui au référendum.

20h55 : "Mes chers concitoyens, d'après les résultats non-officiels, le référendum prévoyant la présidentialisation du système s'est conclu par (une victoire du) oui", a déclaré Binali Yildirim lors d'un discours de victoire depuis le quartier-général de son parti, l'AKP, à Ankara.

20h46 : Le Premier ministre turc revendique la victoire du oui au référendum.

20h17 : On votait aussi à l'étranger et notamment en France, où c'est le "oui" qui est en tête.

20h11 : Concert de klaxons à Ankara devant les portes de la résidence de Recep Tayyip Erdogan après la publication des premiers résultats. France 2 revient sur cette victoire d'une courte tête qui se dessine pour le président turc.

19h57 : L'opposition dénonce des manipulations, et va contester le résultat.

19h42 : C'est serré en Turquie entre le oui et le non au référendum alors que 98% des bulletins ont été dépouillés. L'envoyé spécial de franceinfo sur place rapporte également que ces résultats sont contestés par l'opposition.

19h02 : Selon l"envoyé spécial de franceinfo en Turquie, le oui est désormais assuré de la victoire.

18h12 : 52,7% pour le oui après le dépouillement de 90% des urnes, selon l'agence de presse progouvernementale Anadolu.

18h05 : Les résultats qui tombent sont encore provisoires. Le "non" opère une remontée, selon la télévision NTV, avec 47% des suffrages. Le journaliste Guillaume Perrier précise qu'Istanbul semble avoir basculé du côté du "non". C'est également serré dans la capitale, Ankara.

OKAN OZER / ANADOLU AGENCY

17h57 : Pas de complaisance sur franceinfo. Je vous invite à lire ou relire tous les articles que nous avons réalisés sur ce référendum et la Turquie en général.

17h57 : La complaisance des médias françaises avec Erdogan est étonnante. Des journalistes sont menacés, emprisonnés, muselés en Turquie.

17h50 : Bonjour @Nané, les résultats devraient être annoncés dans la soirée, mais difficile d'être plus précis pour le moment.

17h48 : Bonjour, quand les résultats finaux seront connus ?

17h51 : Mais les détracteurs du président dénoncent un texte écrit sur mesure pour satisfaire ses ambitions. Il est accusé de dérive autoritaire, notamment depuis le putsch avorté de juillet. La campagne référendaire a été marquée par un traitement médiatique inéquitable en faveur du "oui", le camp du "non" dénonçant en outre de multiples pressions.

17h51 : Sur quoi les Turcs sont-ils amenés à se prononcer ? Il s'agit de renforcer le pouvoir de Recep Tayyip Erdogan en supprimant le poste de Premier ministre et en lui permettant de rester au pouvoir au moins jusqu'en 2029.

17h51 : Après dépouillement des bulletins de vote dans 60% des urnes, le "oui" était en tête avec 56,2%, annonce la commission électorale citée par l'agence de presse pro-gouvernementale Anadolu.

17h05 : Des résultats partiels du référendum sur une réforme renforçant les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan donnent le "oui" largement en tête, selon la chaîne de télévision NTV. Après dépouillement des bulletins de vote provenant de 25% des urnes, le "oui" était en tête avec 63,2%, contre 36,8% pour le non.

17h01 : #Turquie Des nouvelles du referendum ? Merci

14h57 : Ce boucher turc, devenu une star des réseaux sociaux pour sa façon très personnelle de saler la viande, a voté pour le référendum. Et évidemment, il s'est de nouveau distingué.

14h18 : "Evet" ou "hayir" ("oui ou "non" en turc) ? C'est à cette question que les Turcs doivent répondre aujourd'hui au sujet du renforcement des pouvoirs présidentiels. Reportage de France 2.



13h30 : Invité sur franceinfo, Didier Billion, spécialiste de la Turquie et directeur adjoint de l'Iris, redoute un "raidissement du pouvoir" en cas de victoire du "non" au référendum qui se déroule actuellement sur le renforcement des pouvoirs du président. Son analyse est à retrouver dans notre article.

11h17 : "Si Dieu le veut, notre nation, ici et à l'étranger, s'avancera vers l'avenir ce soir en faisant le choix attendu."

Après avoir voté à Istanbul, le président turc a souligné que le référendum en cours aujourd'hui n'était pas un scrutin "ordinaire" et visait à transformer le système de gouvernance.

09h26 : Les Turcs se prononcent actuellement pour ou contre une révision constitutionnelle qui prévoit notamment la suppression du poste de Premier ministre au profit d'un hyperprésident qui concentrera entre ses mains de vastes prérogatives. Sur quoi porte précisément le référendum ? Que disent les sondages ? Et pourquoi parle-t-on de dérive autoritaire ? Dans cet article, je tente de vous expliquer les enjeux de ce scrutin crucial.