Pourquoi la Turquie est-elle devenue une cible privilégiée du terrorisme ?

Le passage à 2017 a été endeuillé par un attentat survenu dans une boîte de nuit huppée d'Istanbul, faisant au moins 39 morts. Le groupe Etat islamique a revendiqué l'attaque.

Des policiers turcs surveillent la discothèque stambouliote visée par un attentat terroriste revendiqué par le groupe Etat islamique, le 1er janvier 2017.
Des policiers turcs surveillent la discothèque stambouliote visée par un attentat terroriste revendiqué par le groupe Etat islamique, le 1er janvier 2017. (HUSEYIN ALDEMIR / REUTERS)

En Turquie, le réveillon de la Saint-Sylvestre a été meurtrier. Au moins 39 personnes sont mortes dans un attentat survenu dans la discothèque Reina, à Istanbul, sur les bords du Bosphore. Une attaque revendiquée, lundi 2 janvier, par le groupe Etat islamique. La violence est devenue presque habituelle en Turquie : en 2016, le pays a été frappé par 19 attentats. Là-bas, depuis juillet 2015, au moins 400 personnes sont mortes dans de tels événements.

Franceinfo vous explique pourquoi le pays est devenu une cible privilégiée du terrorisme.

Parce que le pays est voisin de la Syrie

Avant d'aller plus loin, il faut jeter un œil sur une carte. La Turquie compte quelque 800 km de frontière avec la Syrie, soit environ la distance entre Paris et Perpignan (Pyrénées-Orientales).

"La proximité géographique rend le débordement de la violence inévitable", estime Jean-François Pérouse, directeur de l’Institut français d’études anatoliennes, dans une interview à Libération. Et ce Français installé à Istanbul depuis 17 ans : "Les sanctuaires du terrorisme international sont à proximité immédiate de la Turquie."

La Turquie est située sur les axes de circulation des jihadistes qui combattent en Syrie, les infiltrations sont relativement faciles.Jean-François Pérousedans "Libération"

Parce qu'Ankara a changé de stratégie face à l'Etat islamique

Pendant plusieurs années, Recep Tayyip Erdogan a laissé l'organisation Etat islamique utiliser la Turquie comme base arrière logistique. Le pays a "longtemps joué un rôle de centre de transit pour jihadistes étrangers partis de leur pays natal pour mener le jihad", rappelle le spécialiste de la Turquie Aaron Stein sur Slate"Au vu et au su des services locaux, des jihadistes [revenaient] en Turquie se faire soigner dans les hôpitaux du pays", d'après Le Figaro (article payant).

A l'origine, "le gouvernement turc avait estimé que le conflit syrien serait de courte durée et pressenti que le président Bachar Al-Assad serait forcé de quitter le pouvoir en six mois, analyse Aaron Stein. A ses yeux, le problème des jihadistes en Syrie était secondaire par rapport à celui du régime syrien, et sa priorité immédiate était de vaincre Assad""Mais il y a deux ans, le président Erdogan, constatant qu'il était de plus en plus isolé, a révisé sa stratégie, allant même jusqu'à accepter depuis cet été qu'Assad participe au processus de transition", explique Didier Billion, directeur adjoint de l'Iris, spécialiste de la Turquie et du Moyen-Orient, dans les colonnes du Parisien.

Le président turc a cessé d'être complaisant avec le groupe Etat islamique à l'été 2015. Les contrôles à la frontière turco-syrienne ont été largement renforcés pour ralentir les allées et venues des jihadistes, et la Turquie a rejoint la coalition internationale qui bombarde les positions de l'organisation terroriste en Irak et en Syrie. Autant de mesures qui ont provoqué la colère de l'Etat islamique. Son nouveau porte-parole, Abu-l-Hassan Al-Muhajir, avait d'ailleurs désigné, fin 2015, "deux cibles principales" : la Turquie et les théologiens opposés au jihad, souligne Romain Caillet, chercheur et consultant sur les questions islamistes.

Sauf que les autorités turques peinent à lutter contre l'EI car l'organisation s'est durablement installée dans le pays. "Quand on les laisse agir – même si c’est pour obtenir des renseignements sur le réseau à plus grande échelle –, ces groupes [jihadistes] métastasent et leur portée prend de l’ampleur", estime Aaron Stein. Autant dire qu'Ankara est loin d'avoir éradiqué le groupe jihadiste de son territoire.

Parce que le conflit kurde perdure

S'il a des implantations en Turquie, le groupe Etat islamique est un ennemi extérieur. Et le pays doit également faire face à un ennemi de l'intérieur : la rébellion kurde, qui a repris ses activités armées en juillet 2015 après plus de deux ans de cessez-le-feu. Ses principales cibles : les policiers et militaires turcs.

En tête de ce mouvement, on trouve notamment les séparatistes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Cette formation, qui existe depuis 1978 et lutte pour l'autonomie du Kurdistan en Turquie, est classée comme organisation terroriste par la Turquie, les Etats-Unis et l'Union européenne. D'ailleurs, en juillet 2015, lorsque Recep Tayyip Erdogan a lancé une "guerre contre le terrorisme", il ciblait de façon "synchronisée" le PKK et l'Etat islamique.

"L'ennemi public numéro un en Turquie, ce n'est pas Daech mais le peuple kurde", explique le documentaire La Turquie face à la terreur, diffusé sur Arte, ajoutant que l'organisation Etat islamique a été tolérée pendant longtemps parce qu'elle combat les Kurdes.

De fait, sur le terrain, dans la lutte contre le groupe jihadiste, certains combattants kurdes "s'imposent comme un acteur dont l'armée irakienne et les Etats-Unis ne peuvent se passer", résumait déjà Le Monde, en 2014. Actuellement, à Manbij, près de la frontière turque, des milices kurdes sont soutenues par Washington pour lutter contre les jihadistes. Dans le nord de la Syrie, les Kurdes sont les principaux combattants au sol contre l'EI, comme l'a constaté, fin décembre, une équipe de France 2, qui s'est rendue aux portes de Raqqa, fief de l'organisation.

"Dispersés sur plus de 500 000 km² et principalement éclatés entre quatre pays, les Kurdes constituent aujourd’hui la plus grande nation sans Etat", expliquait France24, en 2015.

Mais la déliquescence des Etats syrien et irakien fait renaître l'espoir de la création d'un Etat kurde. Fin décembre, les organisations kurdes de Syrie et leurs alliés se sont ainsi entendus sur un projet de constitution pour les territoires qu'ils ont conquis aux dépens de l'Etat islamique. Une perspective historiquement impensable pour Ankara, qui s'est opposée à ce projet, comme l'ont fait Washington et Damas. Des oppositions qui laissent le dossier kurde dans l'impasse et laissent craindre de nouveaux attentats sur le sol turc.