Cet article date de plus de quatre ans.

LA PHOTO. Turquie: dans feu la ville kurde de Sirnak...

Ankara ne relâche pas la pression sur les Kurdes du PKK. Mais eux non plus ne s'en laissent pas conter... A l'été 2016, le PKK a proclamé «l'autonomie» de plusieurs villes de l'Est turc. Réponse turque: un couvre-feu, toujours en vigueur dans une partie de la ville de Sirnak, imposé le 14 mars 2016 dans le cadre des opérations de «nettoyage» lancées par les forces de sécurité turques.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : < 1 min.
Il profite de la levée partielle du couvre-feu de 246 jours (8 mois). Cette ville de près de 300.000 habitants de l'est de la Turquie a été transformée en champ de ruines par les affrontements entre l'armée turque et les rebelles du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan), organisation considérée comme «terroriste» par Ankara, Washington et Bruxelles. Plusieurs écoles ont été détruites, l'eau et l'électricité sont toujours coupées. Des pelleteuses s'activent pour déblayer ce qui reste de la ville. (ILYAS AKENGIN / AFP - Novembre 2016)
Cet homme revient dans la ville kurde de Sirnak. Il profite de la levée partielle du couvre-feu de 246 jours (8 mois). Cette ville de près de 300.000 habitants de l'est de la Turquie a été transformée en champ de ruines par les affrontements entre l'armée turque et les rebelles du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan), organisation considérée comme «terroriste» par Ankara, Washington et Bruxelles. Plusieurs écoles ont été détruites, l'eau et l'électricité sont toujours coupées. Des pelleteuses s'activent pour déblayer ce qui reste de la ville.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Turquie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.