La Grèce dénonce "la violation sans précédent de son espace aérien" par des avions turcs

"Deux avions de la chasse turque ont pénétré illégalement dans l'espace aérien grec", selon un communiqué ministériel.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le port d'Alexandroupolis, en Grèce, le 21 juillet 2016. (NICOLAS ECONOMOU / NURPHOTO / AFP)

Le ministère grec des Affaires étrangères a indiqué, vendredi 20 mai, avoir effectué une "démarche de protestation" auprès de la Turquie à la suite de "la violation sans précédent de la souveraineté grecque par deux avions de chasse turcs".

Sur ordre du ministre Nikos Dendias, "le secrétaire général du ministère Themistoclès Demiris a effectué une démarche de protestation auprès de l'ambassadeur turc à Athènes" après que "deux avions de la chasse turque ont pénétré illégalement dans l'espace aérien grec", selon un communiqué ministériel.

Les avions turcs se sont approchés du port d'Alexandroupolis, situé près de la frontière greco-turque dans le nord-est de la Grèce, "à une distance de seulement 2,5 miles nautiques", selon ce texte.

"Une escalade claire de la provocation turque"

Le ministère qualifie cette action "d'une escalade claire de la provocation turque" qui "viole les règles fondamentales du droit international" en portant atteinte à la cohésion de l'OTAN et constituant une menace évidente pour l'Union européenne à un moment critique".

Alexandroupolis est "un port-clef pour le transfert de forces de l'Otan", rappelle le ministère qui va informer sur cet incident ses alliés et partenaires, l'UE, l'OTAN et l'ONU.

Voisins et alliés au sein de l'Otan, Athènes et Ankara maintiennent toutefois une relation traditionnellement conflictuelle qui s'est envenimée ces dernières années, en raison de tentatives turques de forages en Méditerranée orientale. Athènes ne cesse de dénoncer son voisin pour des violations de son espace aérien par des avions de la chasse turque.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Turquie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.