Offensive turque en Syrie : plus de 60 000 déplacés, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme

Paris monte le ton contre Ankara. La Turquie a lancé un assaut contre les forces kurdes dans le Nord-Est de la Syrie. Au moins 15 personnes, dont 8 civils, ont été tuées mercredi et les combats se poursuivent.

L\'offensive d\'Ankara contre une milice kurde dans le nord-est de la Syrie provoque le 10 octobre 2019 la fuite de milliers de civils face à l\'avancée des forces turques.
L'offensive d'Ankara contre une milice kurde dans le nord-est de la Syrie provoque le 10 octobre 2019 la fuite de milliers de civils face à l'avancée des forces turques. (RODI SAID / REUTERS)
Ce qu'il faut savoir

"Depuis mercredi, plus de 60 000 personnes ont été déplacées, fuyant les secteurs à la frontière (avec la Turquie), en particulier les zones de Ras al-Aïn et Derbassiyé", a indiqué l'OSDH, jeudi 10 octobre, précisant que ces déplacés se dirigeaient vers des territoires plus à l'est, vers la ville de Hassaké.

Depuis mercredi soir, Ankara a lancé la phase terrestre de son offensive et ses forces ont franchi la frontière turco-syrienne. Les forces turques ont conquis 11 villages, d'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui rapporte aussi des raids aériens turcs.

Donald Trump évoque une possible médiation. "Nous avons un des trois choix suivants : envoyer des milliers de soldats pour gagner militairement, frapper la Turquie très dur financièrement et avec des sanctions, et jouer les médiateurs en vue d'un accord entre la Turquie et les Kurdes", a écrit le président américain dans un tweet.

Les Nations unies appellent la Turquie à "épargner les civils". A la veille de la réunion du Conseil de sécurité, l'ambassadeur sud-africain Jerry Matthews Matjila, président en exercice de l'instance, a appelé la Turquie à "épargner les civils" et à "exercer un maximum de retenue".

Un premier bilan de 15 morts. Au moins 15 personnes, dont 8 civils, ont été tuées mercredi au cours de l'offensive turque contre les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

L'UE exhorte la Turquie à la "retenue"L'Union européenne a exigé l'arrêt de l'offensive déclenchée par la Turquie. "Elle ne donnera pas de résultats. Et si le plan de la Turquie est la création d'une zone de sécurité, n'attendez pas de financement de l'Union européenne", a déclaré le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #SYRIE

23h07 : Bonsoir @anonyme, Damas a assuré qu'il était prêt à "contrecarrer toute agression" de la Turquie en Syrie. Le régime de Bachar al-Assad a également déclaré être prêt à "accueillir dans son giron" la minorité kurde, dont certaines forces sont visées par cette offensive turque dans le nord-est de la Syrie. Selon Myriam Benraad, chercheuse spécialisée dans le Moyen-Orient interrogée par La Nouvelle République, "Bachar al-Assad se satisfait de cette situation : les Kurdes écrasés, il pourra reprendre la main sur des territoires qu’il ne contrôle plus" dans le nord du pays.

23h06 : Quelle est la position du gouvernement syrien face à l’offensive turque ?

23h01 : Il s'est engagé contre le groupe Etat islamique en Syrie, aux côtés des Kurdes. André Hébert, un Français de 26 ans, s'inquiète auprès de franceinfo de l'offensive turque contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie. Retrouvez son interview ici :

Des combattants syriens pro-turcs à côté de la ville d\'Azaz dans la province d\'Aleppo au nord de la Syrie, le 10 octobre 2019.


(NAZEER AL-KHATIB / AFP)

22h38 : Un dernier tour des titres de l'actualité avant d'aller dormir ? Voici trois contenus que nous vous proposons de lire ce soir sur franceinfo :

Notre article à lire pour comprendre l'offensive turque contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie.


Notre article recensant neuf choses à savoir sur Peter Handke, le prix Nobel de littérature 2019.


Notre entretien avec Nele Wissmann, chercheuse à la Fondation Konrad-Adenauer, sur la montée de l'antisémitisme en Allemagne.

22h10 : La France demande ce soir une réunion d'urgence de la coalition internationale luttant contre le groupe Etat islamique (EI), au lendemain du début de l'offensive turque contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie. "Le combat contre Daech risque de reprendre, parce que Daech n'attend que cette opportunité pour sortir", a alerté sur France 2 le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Plus d'informations ici.

L\'offensive d\'Ankara contre une milice kurde dans le nord-est de la Syrie provoque le 10 octobre la fuite de milliers de civils.

(MURAD SEZER / REUTERS)

21h38 : Sur Twitter, Emmanuel Macron appelle Ankara "à mettre un terme le plus rapidement possible" à son offensive contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie. "La Turquie fait courir un risque humanitaire à des millions de personnes", alerte le président français.

21h12 : L'offensive d'Ankara contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie s'est poursuivie aujourd'hui, poussant plus de 60 000 personnes à fuir, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Quelles sont les différentes forces engagées dans cette opération ? Eléments de réponse dans notre article.

Des combattants syriens pro-kurdes près de la ville d\'Azaz dans le nord-est de la Syrie, le 10 octobre 2019.

(NAZEER AL-KHATIB / AFP)

20h57 : "Il faut assurer totalement la sécurité de ces lieux. Nous avons créé une coalition contre Daech il y a cinq ans, elle a pu sortir Daech de certains territoires (...) Cette coalition a la responsabilité de la suite."

Sur France 2, le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, rappelle le rôle joué par la coalition internationale anti-Daech ces cinq dernières années. Face à l'offensive turque contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie, "il faut que la coalition internationale se réunisse", déclare le ministre.

20h14 : Au "20 heures" de France 2, Jean-Yves Le Drian rappelle que l'offensive turque "va accroître le nombre de réfugiés qui vont aller en Turquie". "La Turquie sait très bien que ressusciter Daech aura des conséquences" également pour les Turcs, réagit le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères.

20h09 : "L'offensive turque est extrêmement grave. Elle est extrêmement grave car cela remet en cause cinq ans de combats contre Daech. Daech n'est pas mort."

Le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, est invité du "20 heures de France 2". Il condamne une nouvelle fois l'offensive turque contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie.

20h17 : 20 heures, faisons un nouveau point sur l'actualité de ce jeudi 10 octobre :

Réunis à l'ONU, les membres européens du Conseil de sécurité demandent à "la Turquie d'arrêter [son] action militaire unilatérale" contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie. Suivez notre direct.


La candidature de Sylvie Goulard au poste de commissaire européen au Marché intérieur a été rejetée par les eurodéputés. Emmanuel Macron réclame des explications.


#ROUEN Les perquisitions dans les locaux administratifs de l'entreprise Lubrizol, ainsi qu'au sein de l'entreprise voisine Normandie Logistique, sont désormais terminées, a appris franceinfo de source judiciaire. L'enquête se poursuit pour déterminer l'origine de l'incendie de l'usine Lubrizol, classée Seveso, le 26 septembre à Rouen.

Le prix Nobel de littérature 2018 est attribué à la Polonaise Olga Tokarczuk, celui de 2019 revient à l'Autrichien Peter Handke. Voici neuf choses à savoir sur cet auteur.

18h39 : Pourquoi la Turquie a-t-elle décidé de lancer une offensive contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie ? Quelles pourraient être les conséquences d'une telle opération ? Nous vous l'expliquons en détail dans notre article.

Des membres de l\'Armée nationale syrienne, alliée de la Turquie, entrent sur le territoire syrien dans le cadre de l\'offensive turque contre les Kurdes en Syrie, le 10 octobre 2019. (HISAM EL HOMSI / ANADOLU AGENCY / AFP)

18h36 : La Norvège réplique, après les débuts de l'offensive turque contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie. Oslo, allié d'Ankara au sein de l'Otan, annonce la suspension de toute nouvelle exportation d'armements vers la Turquie. La Finlande, qui n'est pas membre de l'Otan, a fait de même hier.

18h03 : A 18 heures, voici les principaux titres de l'actualité :

La candidature de Sylvie Goulard à la Commission européenne a été rejetée par les eurodéputés. Emmanuel Macron réclame désormais des explications.


La Turquie prend le "risque d'aider Daech à reconstruire son califat", déclare Emmanuel Macron. Voici l'article à lire pour comprendre l'offensive turque contre les forces kurdes en Syrie.


Les 14 milliards de dollars requis pour lutter contre le sida, la tuberculose et le paludisme dans les trois ans à venir ont été obtenus à Lyon, annonce le directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre ces maladies.

#NOBEL Le prix Nobel de littérature 2018 est attribué à la Polonaise Olga Tokarczuk, celui de 2019 revient à l'Autrichien Peter Handke.

17h24 : Benyamin Nétanyahou condamne "vigoureusement (...) l'invasion" des forces turques dans le nord-est de la Syrie et a mis en garde contre un potentiel "nettoyage ethnique" des Kurdes dans ce secteur. Le Premier ministre israélien ajoute qu'Israël est prêt à fournir une "aide humanitaire" aux Kurdes.

17h09 : Les forces kurdes en Syrie luttent pour contenir un assaut de la Turquie, au lendemain du lancement de l'offensive d'Ankara dans le nord-est du pays en guerre. La Turquie, qui a lancé hier un assaut terrestre, a déjà conquis sept villages près de Ras Al-Aïn et de Tal Abyad, d'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme.



(AFP)

17h02 : Les Kurdes de France se sont réunis hier après l'annonce de l'offensive turque contre les Kurdes en Syrie. Ils étaient une centaine sur les Champs-Élysées à exprimer leur colère. "Lorsqu'il fallait combattre Daech, les Kurdes étaient les héros. Et aujourd'hui, on dit qu'ils sont des terroristes et on veut les éliminer ? C'est inacceptable", estime sur franceinfo le jeune Dylan.

16h12 : Au moins deux civils, dont un bébé, ont été tués et 46 blessés par des projectiles tirés sur une ville frontalière turque par une milice kurde syrienne, selon les autorités locales. La Turquie a lancé hier une offensive contre cette milice dans le nord-est de la Syrie.

15h54 : Le président de la République appelle en conséquence la Turquie "à mettre un terme le plus rapidement possible" à son offensive contre les Kurdes dans le nord de la Syrie.

15h51 : La Turquie prend le "risque d'aider Daech à reconstruire son califat", déclare Emmanuel Macron.

15h27 : La responsable kurde Ilham Ahmed appelle les pays de l'UE à "geler leurs relations diplomatiques avec la Turquie en rappelant leurs ambassadeurs immédiatement" à la suite de l'offensive d'Ankara en Syrie. "Nous voulons une intervention urgente sur cette crise", a-t-elle déclaré à Bruxelles. Elle exhorte le Conseil de sécurité de l'ONU à décider d'une "zone d'exclusion aérienne".

16h06 : Plus de 60 000 personnes ont été déplacées depuis le lancement de l'offensive de la Turquie contre une milice kurde dans le nord-est de la Syrie, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme. Cette structure précise que ces déplacés se dirigent vers des territoires plus à l'est, vers la ville de Hassaké.









(Delil SOULEIMAN / AFP)

15h19 : Une vingtaine de personnes ont été blessées dans des localités turques par des obus en provenance du nord-est de la Syrie où une offensive turque contre une milice kurde est en cours, selon des correspondants de l'AFP et les médias turcs. Plusieurs obus ont touché le bâtiment de la sous-préfecture d'Akçakale.

13h42 : "Pendant des mois, voire des années, les puissances occidentales ont instrumentalisé les combattants kurdes quand il s'agissait de combattre Daech au sol."

Didier Billion réagit sur franceinfo à l'offensive turque en Syrie : "Nous souhaitons que cette opération ne s'étende pas dans la durée."

12h59 : Plusieurs organisations ont appelé à des rassemblements samedi à Paris, en soutien aux Kurdes de Syrie et contre l'offensive turque déclenchée contre leurs positions. Une première manifestation se déroulera samedi à 11h30 sur l'Esplanade des droits de l'homme, place du Trocadero à Paris, à l'appel notamment de l'institut kurde de Paris.

12h54 : "Nous allons ouvrir les portes et envoyer 3,6 millions de réfugiés chez vous."

En réponses à son offensive contre les Kurdes dans le nord de la Syrie, le président turc menace de laisser les réfugiés de son pays partir vers l'Union européenne.

10h15 : Une déclaration qui fait froid dans le dos. Donald Trump anticipe déjà le retour des jihadistes de Syrie en Europe. "Ils vont fuir en Europe. C'est là qu'ils veulent aller. Ils veulent rentrer chez eux", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche.

09h23 : Les civils sont une nouvelle fois les premières victimes des combats qui se déroulent en ce moment à la frontière entre la Syrie et la Turquie.





(DELIL SOULEIMAN / AFP)

09h18 : Avec un peu de retard, faisons un point sur le début de journée :

Christophe Castaner et Laurent Nuñez sont actuellement auditionnés par la commission des lois du Sénat après l'attaque à la préfecture de police de Paris qui a fait quatre morts. Les débats sont à suivre en direct ici.

Pas de "Crunch" ce week-end ! Les matchs Angleterre-France et Nouvelle-Zélande-Italie sont annulés par les organisateurs de la Coupe du monde de rugby, en raison du typhon Hagibis qui doit toucher en fin de semaine la mégalopole de Tokyo.


• La colère en Allemagne. La communauté juive exige de l'Allemagne une meilleure protection et une mobilisation contre l'extrême droite au lendemain de l'attentat antisémite de Halle.


• La Turquie a débuté son offensive terrestre contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie. Interrogé par des journalistes sur la possibilité d'aider les forces kurdes, Donald Trump a insisté sur le fait que ces forces "combattent pour leur terre". Avant d'ajouter : "Ils ne nous ont pas aidés pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ne nous ont pas aidés en Normandie."

07h23 : Les deux jihadistes auxquels fait référence Doinald Trump étaient les derniers membres supposés en vie et en fuite du quatuor. Surnommé "Jihadi John", Mohammed Emwazi, le bourreau anglophone qui apparaissait dans des vidéos du groupe Etat islamique en 2014 et 2015, a été tué en novembre 2015 lors d’un bombardement à Raqqa. Le dernier membre du groupe, Aine Davis, est quant à lui détenu en Turquie.

07h23 : Ils sont censés être morts, non ? Les terroristes, pas les musiciens.

07h24 : Bonjour @anonyme. Ces deux hommes faisaient partie d'un quatuor surnommé par leurs otages "les Beatles" en raison de leur accent britannique prononcé. Je vous propose ce sujet de France 2 qui vous éclairera davantage.

06h35 : The beetles se traduit plutôt par les scarabées, sans lien avec les musiciens anglais

06h34 : Donald Trump fait sans doute référence aux tortionnaires du journaliste français Nicolas Henin, Alexanda Amon Kotey et El Chafee El-Cheikh. Les Etats-Unis estiment que leur cellule a assassiné 27 personnes, dont les Britanniques David Haines et Alan Henning, les journalistes américains James Foley et Steven Sotloff, le travailleur humanitaire américain Peter Kassig et le journaliste japonais Kenji Goto, rapportait Le Monde en février 2018.

07h25 : Donald Trump indique ce matin sur Twitter que deux jihadistes, surnommés "les Beatles", ont été retirés des geôles kurdes avant l'offensive turque et sont désormais sous la garde des troupes américaines sur place. Mais qu'en est-il des autres ? Pas de précision du président américain.

07h30 : On débute par un premier point sur l'actualité :

Pas de "Crunch" ce week-end ! Les matchs Angleterre-France et Nouvelle-Zélande-Italie sont annulés par les organisateurs de la Coupe du monde de rugby, en raison du typhon Hagibis qui doit toucher en fin de semaine la mégalopole de Tokyo.

Hadama Traoré qui voulait organiser une manifestation de soutien à Mickaël Harpon à Gonesse (Val-d'Oise) a été placé en garde à vue en Seine-Saint-Denis où il réside.

• La colère en Allemagne. La communauté juive exige de l'Allemagne une meilleure protection et une mobilisation contre l'extrême droite au lendemain de l'attentat antisémite de Halle.


• La Turquie a débuté son offensive terrestre contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie. Interrogé par des journalistes sur la possibilité d'aider les forces kurdes, Donald Trump a insisté sur le fait que ces forces "combattent pour leur terre". Avant d'ajouter : "Ils ne nous ont pas aidés pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ne nous ont pas aidés en Normandie."