Syrie : les Kurdes affirment avoir "repoussé" l'offensive turque

Recep Tayyip Erdogan a annoncé le début de l'offensive militaire contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie. Plusieurs explosions ont retenti dans la région de Ras Al-Aïn, une localité frontalière de la Turquie. 

Des militaires turcs et leurs supplétifs syriens ont pénétré le 9 octobre 2019 dans le nord-est de la Syrie dans le cadre d\'une offensive lancée par Ankara contre une milice kurde.
Des militaires turcs et leurs supplétifs syriens ont pénétré le 9 octobre 2019 dans le nord-est de la Syrie dans le cadre d'une offensive lancée par Ankara contre une milice kurde. (LEFTERIS PITARAKIS/AP/SIPA / SIPA)
Ce qu'il faut savoir

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), ont affirmé mercredi 9 octobre avoir "repoussé" l'offensive turque sur la frontière nord de la Syrie, peu après qu'Ankara a annoncé avoir lancé la phase terrestre de son opération contre les forces kurdes.

Des milliers de civils fuient les bombardements. "Il y a des milliers de déplacés dans la région de Ras Al-Aïn et des villages de Tal Abyad, a indiqué le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. Les déplacés ont fui vers des secteurs adjacents épargnés par les bombardements", a-t-il précisé. 

La Turquie entend créer une "zone de sécurité". Le pays veut faire rentrer les millions de réfugiés qu'elle a accueillis sur son territoire. Elle veut aussi éloigner la menace que constituent, à ses yeux, les Kurdes syriens, qu'elle considère comme des terroristes, même s'ils ont lutté contre l'Etat islamique.

Moscou avait des réserves sur une offensive. Le président russe Vladimir Poutine a appelé son homologue turc Recep Tayyip Erdogan à "bien réfléchir" avant de lancer une offensive contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie, annonce un communiqué du Kremlin. Il n'a pas été entendu.

La France condamne "très fermement" l'offensive turque. La secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, Amelie de Montchalin, a déclaré que la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni finalisaient une déclaration commune pour "condamner fermement" l'offensive turque. Les trois pays ont appelé le Conseil de sécurité des Nations unies à se réunir pour discuter de l'offensive turque.

Une réunion d'urgence demandée à l'ONU. Une réunion en urgence et à huis clos du Conseil de sécurité de l'ONU a été demandée. Cette réunion a été réclamée par la Belgique, la France, l'Allemagne, la Pologne et le Royaume Uni.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #SYRIE

00h12 : Faisons un dernier point sur les principaux titres de l'actualité avant de mettre ce direct en pause :

La Turquie a annoncé ce soir le début de son offensive terrestre contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie. Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), assurent avoir "repoussé" cette offensive turque. L'opération d'Ankara a fait au moins 15 morts, dont 8 civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.


La personne interpellée mercredi en milieu de journée à Halle (Allemagne) "est le suspect" de l'attentat antisémite ayant fait deux morts et deux blessés graves, a annoncé la police. Voici ce que l'on sait de cette attaque, filmée et diffusée sur internet par le suspect.


#PREFECTURE Jonathan, jeune gardien de la paix ayant neutralisé l'auteur de l'attaque à la préfecture de police de Paris, a témoigné dans le cadre de l'enquête sur la tuerie. France 2 a eu accès à son témoignage.

Le prix Nobel de chimie a été attribué à un Américain, un Britannique et un Japonais, pour avoir inventé et développé les batteries au lithium-ion.


Ce direct reprendra dès 6 heures demain matin.

23h50 : Une réponse pour le moins inattendue. Interrogé par des journalistes sur la possibilité d'aider les forces kurdes en Syrie face à l'offensive turque, Donald Trump a insisté sur le fait que ces forces "combattent pour leur terre". Avant d'ajouter : "Ils ne nous ont pas aidés pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ne nous ont pas aidés en Normandie."

23h36 : Les Forces démocratiques syriennes (FDS), qui sont dominées par les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), affirment ce soir avoir "repoussé" l'offensive turque contre les YPG dans le nord-est de la Syrie. "L'offensive terrestre des forces turques a été repoussée par les combattants des FDS" dans la région de Tal Abyad, a écrit le porte-parole des FDS sur Twitter.

23h34 : @anonyme : Selon le président turc Recep Tayyip Erdogan, cette offensive contre les forces kurdes des YPG vise à aboutir à la création d'une "zone de sécurité", qui séparerait la frontière turque des positions kurdes et qui accueillerait les réfugiés. Pour en savoir plus, je vous invite à regarder ce reportage de France 2.

23h32 : Bonsoir @anonyme, votre question n'est pas du tout stupide, au contraire ! Et nous sommes là pour y répondre. Cette offensive turque vise à éloigner de la frontière entre la Syrie et la Turquie la milice kurde syrienne des Unités de protection du peuple (YPG). Ces forces kurdes sont reconnues comme des alliées importantes de la coalition internationale luttant contre les jihadistes dans la région, mais la Turquie les considère au contraire comme une organisation "terroriste", du fait de leurs liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK). Ce dernier est considéré comme une "organisation terroriste" par Ankara, mais aussi l’Union européenne et les Etats-Unis.

23h24 : Bonsoir, ma question peut paraître stupide, mais pourquoi la Turquie décide d'attaquer les Kurdes ?

22h33 : Plus tôt dans la soirée, la ministre des Armées, Florence Parly, a elle aussi condamné l'offensive turque contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie. "L’offensive turque dans le Nord-est syrien est dangereuse. Dangereuse pour la sécurité des Kurdes. Dangereuse car elle est propice à Daech, contre qui nous nous battons depuis 5 ans", réagit la ministre sur Twitter. Florence Parly précise que le Conseil de sécurité de l'ONU se réunira demain.

22h27 : Le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, "condamne l'opération unilatérale lancée par la Turquie en Syrie". "Elle remet en cause les efforts sécuritaires et humanitaires de la Coalition contre Daech et risque de porter atteinte à la sécurité des Européens", alerte-t-il sur Twitter.

22h02 : "Nos forces armées héroïques et l'Armée nationale syrienne (des rebelles syriens soutenus par Ankara) ont commencé la phase terrestre de l'opération", a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué. Selon le porte-parole du groupe de rebelles syriens, cette offensive terrestre contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie a débuté ce soir en direction de la ville de Tal Abyad.

21h58 : La Turquie annonce le début de la phase terrestre de son offensive contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie.

21h34 : Il appelle à une réaction urgente face à l'offensive turque contre des forces Kurdes en Syrie. Dans un entretien au Parisien, l'ancien président de la République, François Hollande, estime que "nous avons une dette envers les Kurdes". Nous revenons sur cette interview dans cet article.

François Hollande à l\'Elysée, le 30 septembre 2019.


(BERTRAND GUAY / AFP)

21h29 : Au Royaume-Uni, le chef de la diplomatie, Dominic Raab, a également exprimé sa "sérieuse préoccupation" après l'offensive "unilatérale" de la Turquie contre les forces kurdes du nord-est de la Syrie. Cette opération "risque de déstabiliser la région, exacerber la crise humanitaire et saper les progrès accomplis dans la lutte contre Daech", a déclaré le ministre britannique dans un communiqué.

21h22 : Les condamnations se multiplient face à l'offensive turque contre des milices kurdes, dans le nord-est de la Syrie. L'Arabie saoudite condamne "l'agression de l'armée turque lancée dans le nord-est de la Syrie", indique le ministère des Affaires étrangères saoudien. L'opération "Peace Spring" risque d'avoir des "répercussions négatives sur la sécurité et la stabilité de la région" et de "saper les efforts internationaux de lutte contre le groupe terroriste Etat islamique", écrit le ministère sur Twitter.

21h18 : Parmi les victimes de l'offensive turque contre des forces kurdes en Syrie, deux sont mortes lors de tirs d'artillerie contre la ville de Qamichli, une ville majoritairement kurde dans le nord-est de la Syrie, précise l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

21h18 : Au moins 11 personnes, dont huit civils, ont été tuées aujourd'hui lors de l'offensive turque contre des forces kurdes dans le nord-ouest de la Syrie, annonce l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH)

20h12 : 20 heures, faisons un nouveau point sur l'actualité de ce mercredi 9 octobre :

L'auteur de l'attentat de Halle (Allemagne), qui a fait deux morts et deux blessés graves, s'est filmé et a publié sa vidéo sur internet. Le ministre de l'Intérieur allemand qualifie la tuerie "d'attaque antisémite". Suivez notre direct.

Plusieurs "milliers" de personnes fuient les frappes aériennes turques contre des forces kurdes dans le nord de la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Hadama Traoré, qui avait appelé à une manifestation de soutien à Mickaël Harpon à Gonesse (Val-d'Oise), a été placé en garde à vue, a appris franceinfo de source judiciaire.

Le prix Nobel de chimie a été attribué à un Américain, un Britannique et un Japonais, pour avoir inventé et développé les batteries au lithium-ion.

19h22 : Bonsoir @anonyme, le président américain, Donald Trump, vient de s'exprimer à ce sujet. Il estime que l'offensive menée par la Turquie contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie est "une mauvaise idée". "Les Etats-Unis ne soutiennent pas cette attaque et ont clairement indiqué à la Turquie que cette opération était une mauvaise idée", déclare le dirigeant dans un communiqué.

19h21 : Aucune reaction de Donald Trump face à cet affront d'Erdogan ?

19h05 : La Turquie a lancé aujourd'hui une offensive contre des forces kurdes dans le nord de la Syrie, intitulée "Peace Spring". "Sur le plan humanitaire, cela va être une catastrophe", estime auprès de franceinfo Claire Cemile Renkliçay, la dirigeante du Conseil démocratique kurde de France. Retrouvez son interview ici.

La Turquie a lancé mercredi 9 octobre une offensive dans le nord-est de la Syrie contre une milice kurde soutenue


(BULENT KILIC / AFP)

18h30 : Plusieurs "milliers" de personnes ont fui aujourd'hui les frappes aériennes turques visant des secteurs du nord de la Syrie, situés à la frontière avec la Turquie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). "Il y a des milliers de déplacés dans la région de Ras Al-Aïn et des villages de Tal Abyad", indique à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. Les déplacés ont fui vers des secteurs adjacents épargnés par les bombardements, a-t-il précisé.

18h06 : A 18 heures, voici un nouveau point sur l'actualité :

• La Turquie a lancé son opération militaire "Peace Spring" dans le nord de la Syrie. La France condamne "très fermement" cette offensive. Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir demain.

Au moins deux morts après une fusillade à Halle, en Allemagne. Une personne a été arrêtée, annonce la police. Suivez notre direct.


Un rassemblement en soutien à Mickaël Harpon va être interdit, annonce Christophe Castaner. Pour l'organisateur de ce rassemblement, les autorités insistent sur la radicalisation de l'informaticien de la préfecture pour discriminer les musulmans.

• Le prix Nobel de chimie est attribué à un Américain, un Britannique et un Japonais pour avoir inventé et développé les batteries au lithium-ion.

17h57 : Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, appelle la Turquie à la "retenue" dans son opération en Syrie et à ne "pas compromettre les succès réalisés" contre le groupe Etat islamique. "Je discuterai de cette question avec le président Erdogan vendredi", a-t-il précisé sur son compte Twitter.

17h45 : Une réunion d'urgence se tiendra demain au Conseil de sécurité de l'ONU, annoncent des diplomates.

17h45 : Au moins deux civils ont été tués et deux autres ont été blessés dans les bombardements turcs qui ont visé un village à l'ouest de Ras Al-Aïn, en Syrie, annonce une alliance de combattants kurdes et arabes. "Deux civils ont perdu leur vie, deux autres ont été blessés dans les bombardements aériens turcs sur le village de Micharrafa", affirme sur Twitter les Forces démocratiques syriennes.

17h43 : Un observateur au Kurdistan publie des photos de populations civiles fuyant les bombardements de l'offensive turque dans le nord de la Syrie.

17h27 : Le Congrès américain va faire payer "très cher" au président turc Erdogan son offensive en Syrie contre des forces kurdes alliées de Washington, prévient le sénateur républicain Lindsey Graham. "Priez pour nos alliés kurdes qui ont été honteusement abandonnés par l'administration Trump", a écrit sur Twitter celui qui est d'ordinaire un proche soutien du président américain.

17h11 : Il y a eu des "bombardements intensifs des avions turcs sur des positions militaires et des villages de civils" à Tal Abyad, Ras Al-Aïn, Qamichli ou encore Ain Issa, ont annoncé sur Twitter les Forces démocratiques syriennes. "Selon les premiers rapports il y a des victimes parmi les civils", affirme cette coalition.

17h05 : Les raids aériens de la Turquie ayant visé plusieurs secteurs du nord de la Syrie ont fait "des victimes parmi les civils", annonce une coalition de combattants kurdes et arabes.

17h02 : Les événements en Syrie ont pris de court certains journalistes. Résultat, cette présentatrice de NBC News a vu son fils débarquer sur le plateau de télévision.

17h04 : "La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni sont en train de finaliser une déclaration commune qui sera extrêmement claire sur le fait que nous condamnons très fortement et très fermement ce qui est rapporté."

La France condamne "très fermement" l'offensive turque lancée dans le nord de la Syrie. "Nous saisissons le Conseil de sécurité des Nations unies", a précisé Amélie de Montchalin.

16h35 : Bonjour @Marc. A l'instant, la France dit condamner "très fermement" l'offensive turque et annonce vouloir saisir le Conseil de sécurité.

16h35 : Et la France ?

16h31 : Le président du Conseil de sécurité de l'ONU appelle la Turquie à "épargner les civils" et à "exercer un maximum de retenue" dans ses opérations militaires en Syrie. A la tête du Conseil de sécurité pour le mois d'octobre, le sud-africain Jerry Matthews Matjila dit espérer qu'une réunion de l'instance pourra se tenir très rapidement.

16h18 : Bonjour @anonyme. Vous tombez bien, L'Union européenne vient juste de réagir par la voix de Jean-Claude Juncker. L'UE exige l'arrêt de l'offensive Turque en Syrie et menace de couper ses financements, selon les déclarations du président de la Commission européenne.

16h18 : Bonjour, quelle peut être la réaction des européens à ce début d’offensive par les forces turques ?

15h47 : "Les avions de guerre turcs ont commencé à mener des frappes aériennes sur des zones civiles, il y a une forte panique parmi les gens", a indiqué de son côté un porte-parole des forces kurdes, Mustafa Bali.

15h47 : Une forte explosion a été entendue dans la région de Ras al-Aïn, située dans le nord syrien à la frontière avec la Turquie, rapporte un correspondant de l'AFP, peu après l'annonce par Ankara du lancement de son offensive contre une milice kurde.

15h42 : Le président américain Donald Trump a semblé donner son feu vert dimanche à une telle opération avant de revenir sur ses propos et d'assurer que les Etats-Unis n'avaient "pas abandonné les Kurdes", qui ont joué un rôle crucial dans la défaite militaire de l'EI.

15h40 : Si les Occidentaux louent le rôle des YPG dans la bataille contre l'Etat islamique, Ankara considère ces combattants kurdes comme un groupe "terroriste" et une menace à sa sécurité en raison de ses liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui livre une guérilla sur le sol turc.

15h40 : Le président turc Recep Tayyip Erdogan a donc annoncé le début d'une nouvelle opération militaire contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG). Cette offensive, que la Turquie menaçait depuis plusieurs mois de lancer, est la troisième que mène Ankara en Syrie depuis 2016.