Cet article date de plus de cinq ans.

Turquie : l'espace aérien violé à plusieurs reprises par des avions russes

Des F-16 turcs ont intercepté samedi un chasseur russe, et l'ont forcé à faire demi-tour. Dimanche, deux chasseurs turcs ont été harcelés par un MIG-29. L'ambassadeur de Russie a été convoqué. L'Otan, à laquelle la Turquie appartient, a qualifié ces violations d'"inacceptables".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Un Mig-29 en exercice (photo d'illustration) © REUTERS/Maxim Shemetov)

Deux incidents en 24 heures : la coupe est pleine, pour la Turquie. Samedi, selon le ministère des Affaires étrangères, un avion russe a violé l'espace aérien turc près de la province d'Hatay, à la frontière syrienne ; deux chasseurs F-16 turcs l'ont forcé à rebrousser chemin. Et dimanche, un autre incident s'est produit lorsqu'un Mig-29, un appareil utilisé par les armées russe et syrienne, a verrouillé son radar de tir sur deux F-16 turcs qui patrouillaient le long de la frontière.

Le chef du gouvernement turc, Ahmet Davutoglu, a accusé la Russie d'avoir provoqué une nouvelle escalade du conflit syrien en intervenant militairement pour soutenir les forces syriennes. Avant d'ajouter : "Les Russes nous ont dit ce matin qu'il s'agissait d'une erreur, qu'ils respectent les frontières turques et que cela ne se reproduirait plus" .

Si l'avion de chasse russe est entré dans l'espace aérien turc, c'est à cause des "mauvaises conditions météo", dit ce soir le ministère russe de la Défense. Pas sûr que l'excuse tienne longtemps...

L'Otan condamne

L'ambassadeur russe à Ankara a été convoqué dans la matinée, et le chef de la diplomatie turque s'est entretenu avec son homologue russe. L'Otan est également montée au créneau, pour condamner la violation "irresponsable " de l'espace aérien turc, et pour appeler Moscou à se concentrer sur la lutte contre Daech.

Les Etats-Unis ont eux aussi condamné l'incursion russe, doutant fortement que la violation de l'espace aérien puisse avoir eu lieu par erreur. Le secrétaire américain à la Défense, Ash Carter, a dit être en contact avec son homologue turc et accusé Moscou de provoquer une escalade du conflit syrien en ciblant les groupes rebelles "modérés" tout en prétendant lutter contre les djihadistes du groupe Etat islamique. Et John Kerry est allé plus loin : pour le secrétaire d'Etat américain, les avions russes auraient pu être abattus...

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.