Tunisie : les hommes et les femmes bientôt égaux en matière d'héritage ?

Le président tunisien vient d'apporter son soutien à un projet de loi inédit dans le monde arabe : il prévoit l'égalité en matière d'héritage. Jusqu'à présent, un homme hérite du double d'une femme. Une idée encore loin d'être partagée par tout le monde, y compris certaines femmes.

Voir la vidéo
France 2

Le drapeau tunisien brandi par deux camps, aujourd'hui divisés. À gauche, les libéraux ; à droite les conservateurs. Féministes, activistes d'un côté ; Coran exhibé de l'autre. Ces manifestants s'opposent sur le projet de loi pour l'égalité de l'héritage entre les hommes et les femmes. Aujourd'hui, en Tunisie, comme dans le reste du monde arabe, l'homme hérite du double de la femme. Un principe écrit dans le Coran et largement défendu dans les rues de Tunis.

Des mœurs encore bien ancrées dans la société

Un mode de vie encore accepté par bon nombre de femmes. Il y a quelques semaines, nous avions rencontré des étudiantes à l'université. Elles se disent contre le projet de loi, invoquant l'islam. D'autres souhaitent cette égalité, mais elles se voient reprocher de trahir leur religion. Moderniser la société dans un pays déjà pionnier en matière d'émancipation féminine dans le monde arabe. En 1956, le président Habib Bourguiba dévoile les femmes, puis autorise le divorce et l'avortement en 1973. Pour ménager les deux camps, le président soutient finalement un projet de loi qui fait de l'égalité en matière d'héritage la règle, et de l'inégalité une dérogation. Le projet de loi sera présenté à la rentrée parlementaire en octobre. Il faudra en revanche beaucoup plus de temps pour mettre au cœur du débat d'autres réformes sociétales, comme la dépénalisation de l'homosexualité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une manifestation le 13 août 2018 à Tunis pour demander l\'équalité femmes-hommes en terme de droits de succession. 
Une manifestation le 13 août 2018 à Tunis pour demander l'équalité femmes-hommes en terme de droits de succession.  (FETHI BELAID / AFP)