VIDEOS. Tunisie : des pluies torrentielles s'abattent sur le Nord-Est et font cinq morts

L'eau est montée jusqu'à 1,70 m dans certains quartiers de Nabeul, chef-lieu du gouvernorat.

Un pont détruit après les pluies torrentielles qui se sont abattues à Bir Challouf, dans la région de Nabeul (Tunisie), le 23 septembre 2018.
Un pont détruit après les pluies torrentielles qui se sont abattues à Bir Challouf, dans la région de Nabeul (Tunisie), le 23 septembre 2018. (FETHI BELAID / AFP)

Des précipitations record qui ont parfois constitué l'équivalent de plus de six mois d'averses. Des pluies diluviennes se sont abattues, samedi 22 et dimanche 23 septembre, sur le cap Bon, péninsule du nord-est de la Tunisie, donnant lieu à d'impressionnantes inondations qui ont fait cinq morts.

Un jeune de 16 ans est mort électrocuté dimanche, à Bou Argoub, à 45 km au sud-est de Tunis, selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur. Dans la même localité, deux sœurs de 21 et 24 ans ont été emportées par la crue soudaine samedi soir alors qu'elles sortaient de leur usine. Deux hommes se sont noyés, l'un à Takilsa, à une soixantaine de kilomètres de Tunis, l'autre à Bir Bouregba, près de la station balnéaire de Hammamet.

De l'eau jusqu'à 1,70 m

Des dizaines de routes, commerces et véhicules ont été détruits. L'eau est montée jusqu'à 1,70 m dans certains quartiers de Nabeul, chef-lieu du gouvernorat, comme le montre cette vidéo diffusée sur Facebook : 

D'autres vidéos ont été publiées sur Twitter et rassemblées par France 2.

"Des régions encore isolées"

Il a plu 200 mm sur Nabeul et jusqu'à 225 mm en quelques heures à Beni Khalled, dans le centre du Cap Bon, a indiqué l'Institut national de la météorologie tunisien (INM). Il s'agit des plus importantes précipitations en une si courte période depuis le début des statistiques, en septembre 1995, a précisé l'INM.

Le Premier ministre Youssef Chahed s'est rendu sur place dimanche pour rencontrer des sinistrés. "L'essentiel aujourd'hui, c'est la réouverture des routes et d'aider les gens sinistrés", a déclaré à la presse le Premier ministre Youssef Chahed, qui s'est rendu sur place. "Il y a des régions qui sont encore isolées", a-t-il souligné selon la radio privée Mosaïque FM. Dans la région, les cours seront suspendus dans certaines écoles lundi.