Tunisie : une opération anti-islamistes, à trois jours des élections

Des islamistes avaient, semble-t-il, l'intention de commettre des attentats lors des élections législatives de dimanche prochain. Les policiers ont encerclé jeudi une maison dans la banlieue de Tunis, à Oued Ellil, où ils se trouvaient. Un policier a été tué, un autre blessé.

(Des affiches électorales, hier à Tunis © REUTERS/Anis Mili)

A trois jours d'élections législatives, cruciales pour l'avenir de la Tunisie, la police est mobilisée. Une opération a plutôt mal tourné ce jeudi matin, dans la banlieue de Tunis. A Oued Ellil précisément, la police a encerclé une maison où des islamistes étaient rassemblés - suspectés de préparer des attentats pour perturber les élections, dimanche. "Il y a (dans la maison) au moins deux hommes, au moins deux femmes et des enfants. Nous avons des informations sur la présence d'explosifs",   a précisé le porte-parole du ministère de l'Intérieur. Un policier a été tué, un autre blessé.

Plus tôt dans la matinée, des heurts ont opposé la police et "deux éléments terroristes" , selon le ministère de l'Intérieur, à Kébili, à 500 km au sud de Tunis. Deux terroristes ont été arrêtés. Il y a aussi eu deux soldats de blessés dans l'explosion de leur véhicule, à Sakiet Sidi Youssef, près de la frontière algérienne.

Législatives le 26 octobre, présidentielle le 23 novembre

La situtaion est tendue dans le pays et les islamistes, au pouvoir pendant deux ans avec le parti Ennahda jusqu'au début de cette année, sont accusés d'avoir laissé émerger des groupes djihadistes pour semer le chaos. Ennahda dément et reste le grand favori des sondages.

Car le scrutin de dimanche est crucial, effectivement : les Tunisiens doivent désigner leur 217 députés, qui nommeront ensuite un Premier ministre. Le gouvernement prendra la suite du cabinet de transition. La présidentielle aura elle lieu le 23 novembre.