Cet article date de plus de neuf ans.

Tunisie : un accord trouvé après cinq jours de violences à Siliana

Le gouvernement tunisien et les syndicalistes de l'UGTT annoncent samedi avoir trouvé un accord pour pacifier la région de Siliana, au sud ouest de Tunis. Depuis cinq jours, le ville était le théâtre de violences. Cet accord prévoit la mise à l'écart du gouverneur régional, comme le demandaient les manifestants.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Les tensions pourraient maintenant s'apaiser après cinq jours de violences à Siliana, ville du sud ouest de Tunis, devenue l'épicentre de la colère des Tunisiens. Le gouvernement et le principal syndicat du pays à l'origine du mouvement, l'UGTT, sont parvenus à un accord samedi après-midi.

Les protestataires ont au moins obtenu gain de cause sur l'une de leurs revendications : le gouverneur de Siliana a été remplacé par son délégué. "Le premier délégué du gouvernorat (l'adjoint du gouverneur, ndlr) est chargé de diriger le gouvernorat en attendant la prise des décisions adéquates par les autorités ", a annoncé à la presse Mohamed Ben Salem, le ministre de l'Agriculture et représentant du gouvernement aux négociations. 

Des Tunisiens déçus deux ans après leur révolution

"Les deux parties ont convenu de travailler pour obtenir une accalmie ", a-t-il ajouté, précisant que des mesures seraient prises pour aider au développement économique de la région, comme le réclamaient les manifestants, déçus deux ans après la première des révolutions arabes en Tunisie.

Samedi encore, environ 200 jeunes armés de pierres se sont opposés aux policiers répliquant à coup de gaz lacrymogènes. La garde nationale aura finalement réussi à disperser les manifestants en tirant en l'air à balles réelles. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.