Cet article date de plus de huit ans.

Tunisie : le blogueur Azyz Amami arrêté

Très actif durant la révolution de 2011 qui avait entraîné la chute de Ben Ali, le blogueur tunisien Azyz Amami a été placé en garde à vue dans la nuit de lundi à mardi. Son avocat craint des poursuites pour consommation de cannabis, un délit passible de prison ferme.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Le blogueur est suspecté d'avoir consommé du cannabis. © Reuters)

Le blogueur tunisien Azyz Amami, qui avait pris part à la révolution de 2011 contre le régime de Ben Ali, a été arrêté lundi soir puis placé en garde à vue.

Son avocat Ghazi Mrabet craint des poursuites pour consommation de cannabis, délit passible de prison ferme. Si il n'a pas encore au accès au dossier de son client, il croit savoir que son arrestation a été plutôt musclée :

"D'après son père, il a été agressé par les policiers, mais cela reste à confirmer. Apparemment la police veulent lui coller la consommation de cannabis"

Selon lui, la police peut maintenir M. Amami en garde à vue pour trois jours, une période renouvelable une fois, avant de le présenter au parquet.

Soutien des internautes

Les messages de soutien à Azyz Amami se sont multipliés mardi matin sur  internet, et notamment sur Twitter où ses partisans ont lancé le mot-dièse .

La Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) a également réagi à cette arrestation sur le site de micro-blogging :

Déjà interpellé en 2011

Azyz Amami, , avait été emprisonné dans les derniers jours du régime de Zine El Abidine Ben Ali après avoir relaté en détails les évènements de la révolution.

Il avait raconté aussi avoir été interpellé et passé à tabac par des policiers en septembre 2011, une vengeance selon lui pour une blague publiée en ligne et jugée insultante par les forces de l'ordre. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.