Terrorisme : existe-t-il un profit type du jihadiste français ?

Une étude réalisée par un chercheur de l'Ifri a brossé le portrait-robot du terroriste type : un homme de 26 ans né dans un quartier difficile, sans diplôme et petit délinquant.

France 2

C'est une étude inédite sur 137 terroristes passés à l'acte en France, des jihadistes condamnés ou tués. Ont-ils des caractéristiques communes ? Selon l'Ifri, l'âge moyen des terroristes est de 26 ans. 58% sont au chômage ou en emploi précaire et 40% d'entre eux sont issus d'un quartier défavorisé. Le passé judiciaire joue-t-il un rôle ? 40% ont au moins une condamnation, plus 12% qui ont été signalés aux forces de police, mais 48% ont un casier judiciaire vierge.

Tous les terroristes de l'étude sont musulmans

L'étude porte également sur le lieu de naissance de ces jeunes qui passent à l'acte. Les assassins du père Hamel tué à Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) sont par exemple nés en France, comme 69% des profils étudiés. 59% des parents des terroristes sont originaires du Maghreb. Tous les terroristes de cette étude sont musulmans, mais tous ne le sont pas de naissance. 74% le sont dès la naissance, contre 26% de convertis à l'islam.

Le JT
Les autres sujets du JT
Valérie de Boisrolin, l\'une des trois personnes mises en examen dans cette affaire, a participé à \"Stop jihadisme\", la campagne du gouvernement pour lutter contre la radicalisation. 
Valérie de Boisrolin, l'une des trois personnes mises en examen dans cette affaire, a participé à "Stop jihadisme", la campagne du gouvernement pour lutter contre la radicalisation.  (JOEL SAGET / AFP)