Terrorisme : deux hommes soupçonnés de liens avec le jihadiste Rachid Kassim arrêtés

Les enquêteurs soupçonnent ces deux hommes d'avoir été en contact, via la messagerie chiffrée Telegram, avec le jihadiste français du groupe Etat islamique.

Des gendarmes du PSIG-Sabre, le Peloton de surveillance et d\'intervention de la gendarmerie, participent à un exercice antiterroriste à Chantonnay (Vendée), le 16 septembre 2016.
Des gendarmes du PSIG-Sabre, le Peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie, participent à un exercice antiterroriste à Chantonnay (Vendée), le 16 septembre 2016. (DAMIEN MEYER / AFP)

Deux hommes, soupçonnés d'être liés au jihadiste français du groupe Etat islamique Rachid Kassim, ont été arrêtés vendredi 16 septembre à Dole (Jura) et Roanne (Loire), selon une source judiciaire de l'AFP, samedi 17 septembre. Les deux suspects ont été placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur le départ, signalé en mai 2015, de Rachid Kassim en zone irako-syrienne. Les enquêteurs soupçonnent ces deux hommes d'avoir été en contact, via la messagerie cryptée Telegram, avec Rachid Kassim, âgé de 29 ans et originaire de Roanne.

Un nom qui revient dans de nombreux dossiers

Rachid Kassim est considéré actuellement comme l'un des propagandistes francophones les plus dangereux de l'Etat islamique. Il est soupçonné de téléguider des attentats en France depuis la zone irako-syrienne. Selon les enquêteurs, Rachid Kassim a inspiré, de manière plus ou moins directe, les attaques de Magnanville (Yvelines) et de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime).

Il aurait également piloté les projets d'attentats du commando de femmes, arrêté après la découverte d'une voiture chargée de bonbonnes de gaz en plein cœur de Paris. Il aurait aussi inspiré, par ses appels au meurtre lancés via Telegram, trois adolescents parisiens soupçonnés de vouloir commettre des attentats et depuis arrêtés.