Que sait-on de l'attentat déjoué, annoncé par Christophe Castaner ?

Selon le ministre de l'Intérieur, un homme a été arrêté fin septembre car il projetait de commettre un attentat "inspiré du 11-Septembre".

Le ministre de l\'Intérieur Christophe Castaner à l\'Elysée, le 9 octobre 2019.
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner à l'Elysée, le 9 octobre 2019. (BERTRAND GUAY / AFP)

"Un soixantième attentat a été déjoué." Invité de l'émission "Vous avez la parole" sur France 2, jeudi 17 octobre, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé qu'un homme avait été interpellé fin septembre alors qu'il projetait de commettre un attentat qui "voulait s'inspirer du 11-Septembre et des avions qui ont détruit les tours du World Trade Center". "C'était son projet : détourner un avion, il était en train de s'organiser comme cela", affirme-t-il.

Comme l'indique à franceinfo une source proche de l'enquête, un homme a effectivement été mis en examen et incarcéré le 26 septembre 2019 pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Il lui est reproché d'avoir envisagé de détourner un avion. Cette arrestation a été rendue possible grâce au travail du renseignement et de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Des intentions évoquées à l'oral

Selon une source policière contactée par France 2, l'homme arrêté est âgé de 22 ans et est "radicalisé". Habitant des Hauts-de-Seine, il est français et n'était pas connu des services de renseignement avant son arrestation. Il n'a rien à voir avec l'attaque à la préfecture de police de Paris, qui a eu lieu le 3 octobre. Il ne travaille pas non plus dans l'aviation. Les services de renseignement l'ont surveillé pendant plusieurs mois car il cherchait des complices qui seraient prêts à détourner un avion avec lui, selon cette même source policière. Ses intentions ont été évoquées à l'oral.

Face à la difficulté de concevoir un tel projet, il a décidé de commettre une attaque à terre et a cherché à se procurer des armes pour passer plus facilement à l'acte, précise à France 3 une source proche de l'enquête. L'homme est depuis en détention provisoire, selon cette même source.

Selon le ministère de l'Intérieur, sollicité par franceinfo, Christophe Castaner a évoqué jeudi soir cet attentat déjoué, car il s'agissait du dernier en date.