Terrorisme : quelle surveillance pour empêcher les passages à l'acte ?

Deux jours après le meurtre du couple de Magnanville, la question de la surveillance sur le profil des terroristes se pose.

France 2

Quelle surveillance faut-il mettre en place sur les profils de terroristes ? La question se pose, près de trois jours après le double meurtre de Magnanville. Selon Philippe Biljer, ancien magistrat, la mesure à prendre est celle de l'enfermement. "Il est infiniment rare que des personnes impliquées dans cette criminalité décident tout à coup de l'arrêter et de trouver une rédemption".
L'idée fait débat, notamment pour l'avocat Thibault de Montbrial. "Si vous créez de la rétention après la condamnation judiciaire, sur quels critères allez-vous en sortir ?"

Une assignation à résidence généralisée ?

En France quelques 500 individus au profil terroriste sont assignés à résidence. Faut-il généraliser cette mesure? "A long terme on va se retrouver confrontés à la question du sur quels critères décide-t-on de placer ces gens sous ce statut", explique l'avocat. "Il faudra une analyse plus précise, plus psychologique, plus efficace", reconnaît le magistrat. Avant de conclure : "Et pour certaines, je suis persuadée que l'assignation à résidence pourra être une mesure utile".

Photo non datée, publiée sur Facebook, de Larossi Abballa, qui a tué un couple de policiers à Magnanville (Yvelines) le 13 juin 2016.
Photo non datée, publiée sur Facebook, de Larossi Abballa, qui a tué un couple de policiers à Magnanville (Yvelines) le 13 juin 2016. (FACEBOOK)